Pourquoi pas une thérapie anti insultes pour les zems et les taximen?

152

Avec la tenue du Sommet sur la « shékirité » et la « shureté » maritime, les grandes artères de la capitale font peaux neuves. Les boulevards sont balayés, nettoyer lavés et cirés chaque jour. Beaucoup de « Gnassingbélandais » souhaiteraient que le « p’ti » pouvait chaque année organiser un sommet à Lomé, elle recouvrirait ses noms d’antan, à savoir : Lomé belle, Lomé coquette, etc…

Pourquoi pas une thérapie anti insultes pour les zems et les taximen?

On croyait qu’avec le sommet, l’Etat allait prendre en charge la grande maladie dont souffrent les usagers de la route. A « Gnassingbéland », les spécialistes en « insultocratie » se sont les zémidjans et les conducteurs de taxi. Ceux qui arpentent ses boulevards et avenues en longueur de journée. « Tagbôkoukou tô » (bête), yakamétô (blaireau), Enô bé tomé (les oreilles de ta mère), « gbémélan » (sauvage), « Honvi » (abruti), Yèyinô (idiot) etc. Certains Zémidjan s’illustrent encore plus dans la grossièreté comme si elle est synonyme d’émancipation. Toutes leurs insultes ont rapport avec la sexualité : « éno bégbimé » (l’antre de ta mère), « Etô bé nekô goro gnibô» (les deux grosses boules noires de ton père), « achao » (salope). C’est leur moyen d’expression privilégié.

Ils ont une large gamme d’insultes et chacun est libre de faire son choix. Walaï, on dirait qu’ils ont été dans une école spécialisée. Toute manœuvre gauche est doit être sanctionnée par une insulte. Un coup de klaxon ne leur suffit jamais pour soulager leur colère jointe à l’impatience. C’est là que les insultes fusent entre usagers. Aucun respect pour les femmes. Toutes celles qui sont à moto ou dans leur voiture sont des catins. L’engin leur a été payé par un courtisan qui leur a copieusement mitraillé les entrailles. Humm…C’est vraiment affligeant d’entendre des pères de famille de faire sortir des ignominies pareilles pour faire entendre leur mécontentement.

On doit soumettre les conducteurs de taxis et les zémidjans à une thérapie anti insultes pour les canaliser au cours du sommet. Ainsi, ils ne vont pas dévoiler leur génie inventif d’insulteurs à la face du monde.

Source : Liberté

27Avril.com