Parlement : Vote d’une loi de finances rectificative gestion 2016, rejetée par l’ANC (opposition)

13

La loi de finances rectificative/gestion 2016 a été votée ce jeudi par le Parlement togolais, loi qui s’équilibre en recettes et en dépenses à 1.154,52 milliards, a constaté l’Agence Savoir News.

 

Les députés de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC, principal parti de l’opposition) de Jean Pierre Fabre, ont rejeté cette loi, estimant que « les principes de l’orthodoxie financière ne sont pas respectés ».

 

« Le groupe parlementaire ANC a des doutes quant à la soutenabilité des dettes, eu égard aux performances économiques de notre pays (…). Le groupe parlementaire ANC trouve qu’il y a péril en la demeure et il ne saurait apporter sa caution à la présente loi de finance rectificative », a déclaré Amoussouvi Kpadénou.

 

Selon les explications de Sani Yaya, (ministre de l’économie et des finances), l’adoption de cette loi rectificative fait suite aux imprévues liés à l’exécution de la loi de finance initiale, notamment l’encaissement de recettes additionnelles, ainsi que des nouveaux projets financés sur ressources externes.

 

Dans la loi initiale (votée le 30 décembre 2015), les prévisions de recettes s’élevaient à 962,8 milliards de F.CFA pour des dépenses estimées 1002,2 milliards de F.CFA, soit un besoin en financement de 39,4 milliards de F.CFA.

 

Pour le ministre, les recettes ont connu une augmentation de 188,2 milliards de francs CFA, soit 19,5% de la prévision initiale, tandis que les dépenses ont enregistré une hausse de 148,7 milliards de francs CFA, soit 14,8%.

 

« Dès lors, la révision de la loi de finances initiale était rendue nécessaire pour permettre de prendre en compte les dépenses sociales additionnelles et de résorber le déficit budgétaire initial qui s’élevait à 39,4 milliards de francs CFA. Enfin, dans sa volonté de donner une nouvelle impulsion à l’économie nationale et au secteur privé, la loi de finances rectificative a consacré une part importante des recettes additionnelles à l’apurement des arriérés de la dette intérieure », a-t-il précisé. FIN

 

Ambroisine MEMEDE

 
source : savoir news
 

TogoActualité.com