Olivier Amah est condamné à 1 an de prison ferme

410

Dans la supposée affaire d’incitation de l’armée à la révolte, le président de l’Association des victimes de torture du Togo (ASVITTO), Olivier Amah, aujourd’hui en exil, est condamné par la Justice le 5 octobre dernier, à un an de prison ferme.

Le Commandant Olivier Amah, président de l’ASVITTO, a quitté le Togo après une première incarcération de dix mois suite à une interview accordée à la radio Légende FM (aujourd’hui fermée), interview dans laquelle le pouvoir l’accuse d’inciter l’armée à la révolte.

C’est très loin de son pays que le verdict de son procès est tombé le 5 octobre dernier à Lomé. La Justice l’a condamné à un an de prison ferme, assorti d’un million d’amende et à vingt cinq millions de dommages et intérêts.

« Son engagement pour le respect des droits de l’Homme et les projets d’élimination physique dont il aurait fait l’objet lui a valu l’exil. Et cette présente condamnation semble donner raison à ceux qui estiment que cette affaire est plus politique que judiciaire », écrit le confrère ‘’Liberté’’ sur le sujet.

A.H.

icilome.com