Une pluie de critiques s’abat sur Claude Le Roy !

402

La lune de miel de Claude Le Roy, le sélectionneur des Eperviers, avec la presse privée est-elle finie ? Toujours est-il que les confrères n’hésitent plus à critiquer ouvertement les comportements et certaines décisions du technicien français.

Visiblement, le temps de grâce que les journalistes de la presse privée ont accordé à celui qui participera pour la 9ième fois à la phase finale de la CAN en terre gabonaise en tant que sélectionneur d’un pays africain est à terme. Ce dernier subit actuellement une pluie de critiques pour son comportement. Et certaines de ses décisions font grincer des dents.

Jeu de ping-pong entre confrères

D’abord c’est ‘’L’Equipe Sportive’’ dans son N° 234 du mardi 11 octobre dernier qui charge Claude Le Roy. En effet, selon ce journal, « Claude Le Roy fait montre d’une exigence sans pareil en vue de marquer son territoire et démontrer qu’il est seul maître à bord de cette « arche de Noé. Ce qui est évident et perceptible, c’est que Claude Le Roy est déjà devenu un arrête dans la gorge de bon nombre des membres du Comex, y compris le président. Personne ne contrôle Claude Le Roy, aussi bien dans ses prises de décision que dans la gestion des différentes sélections à sa charge », révèle l’auteur de l’article.

Si certains milieux supposent que cet organe est très bien introduit dans les couloirs de la Fédération togolaise de football et du ministère en charge des Sports, donc au courant de certaines faits qui risqueraient de faire voler en éclats une sérénité apparente dans le nid des Eperviers, d’autres fustigent le timing de cette révélation et accusent.

En effet, Yves de Fréau de radio Métropoly, dans une chronique publiée sur sa page facebook le 14 octobre dernier, n’est pas du tout tendre avec son confrère et ceux qui disent que Claude Le Roy agacent ses employeurs immédiats.

Après avoir égrené tout ce qui se fait du bien après l’arrivée du technicien français au Togo, l’ancien journaliste de Sport FM tacle : « Tout ceci dans le but de détruire. Détruire encore ce qui est en train d’être construit. Attention, les compatriotes, danger ! Les démons sont en train de s’installer dans la cité. Un nouveau danger se profile à l’horizon. On les croyait morts, mais ces charognards sont bien vivants. On croyait ces espèces à jamais perdues, mais non, elles sont là. Toujours là pour attaquer le poussin depuis l’œuf ».

Malgré cette chronique à décharge particulièrement violente, c’est à un autre confrère, ‘’Le Correcteur’’ N°726 de ce matin d’accuser le technicien Breton d’être « au cœur de l’imposition d’un équipementier ».

A l’en croire, l’ancien sélectionneur des Lions Indomptables du Cameroun « aurait refusé d’intégrer une villa mise à sa disposition », préférant résider à l’hôtel Radisson Blue 2 Février.

« L’autre souci qui fâche actuellement dans la gestion de la sélection nationale est l’équipementier. Des sources bien introduites à la FTF rapportent que le Français tente d’imposer l’équipementier italien Errea pendant que d’autres optent pour Macron ou rien », critique-t-il.

L’auteur de l’article paru dans le journal ‘’Le Correcteur’’ cite son confrère Steven Lavon qui confirme que « Claude Le Roy a fait la même chose lorsqu’il dirigeait la sélection des Diables Rouges ».

Jusque-là calme, le nid des Eperviers est secoué par des critiques qui s’abattent sur le patron de la sélection nationale. Alors que le Togo s’est qualifié à la dernière minute pour la CAN Gabon 2017 et a bien entamé ses préparatifs, ces critiques ou contre-critiques montrent qu’il se passe quelque chose que les autorités compétentes doivent prendre au sérieux et s’employer à éteindre la braise.

Les Eperviers et leurs supporters n’ont pas besoin de cela en ce moment précis, a indiqué un observateur de la scène sportive.

AH.

icilome.com

1 COMMENT

LEAVE A REPLY