UN BRADAGE (!!!) CRIMINEL (!!!) DES RESSOURCES NATURELLES DE L’AFRIQUE 11/09/2016

210

Par Godwin Tété

UN BRADAGE (!!!) CRIMINEL (!!!) DES RESSOURCES NATURELLES DE L’AFRIQUE                                                                             11/09/2016
Godwin Tété

« Mon Dieu (!), gardez-moi de mes « amis».
Quant à mes ennemis, je m’en charge » François Arouet Voltaire

« On n’est mieux servi que par soi-même » Dicton populaire

Ma chétive existence ayant fini par faire de moi un citoyen du Monde, à l’heure actuelle, la PATRIE de mes Patries n’est autre que l’HUMANITÉ !!! Dès lors, tout chauvinisme égocentrique, toute idée d’autarcie développementaliste d’un autre âge, toute forme d’autocentrisme glissent sur mon esprit comme l’eau glisse sur les plumes d’un vieux canard. Oui ! Je suis devenu un incurable humaniste qui ne saurait souhaiter le Bien-Être que pour les habitants d’un minuscule lopin de la Terre. Là où tout le monde est heureux, je suis heureux. Là où un seul Être humain souffre, je souffre ! …

Cependant, cette rançon de l’Ascèse mienne n’a pas réussi et ne réussira jamais à me métamorphoser en un innocent agneau bêlant …
« Le porc a beau barboter son groin dans la boue, il garde toujours les yeux intacts », dit un proverbe de mon pays d’origine.

Voilà pourquoi, lorsque j’ai feuilleté l’ouvrage d’Adama Gaye intitulé ‛‛ Chine-Afrique : Le dragon et l’autruche ’’ [Cf. bibliographie cidessous], la sourde tristesse que m’avaient inspirée ses révélations – laquelle tristesse me rongeait depuis belle lurette – va se muer en une véritable révolte à l’annonce du rendez-vous japono-africain de Nairobi (Kenya) : 26-28 août 2016. Entrons donc dans le vif de notre sujet.

I. POSITION DE LA QUESTION

Tout d’abord, demandons-nous ce qu’on entend, de nos jours, par ‛‛ développement socio-économique ’’. Au jour d’aujourd’hui, on entend par ‛‛ développement socio-économique ’’, dans l’acception optimale du terme, la réalisation d’une industrialisation lourde de base, d’infrastructures de base, de moyens de transports, de communications,sanitaires, éducatifs, etc … de base. Toutes choses qui requièrent des ressources minières, énergétiques, fauniques, forestières, agricoles, hydrauliques, halieutiques, et une électrification de base … Ce n’est pas tout. À l’Ère du ‛‛ Numérique ’’ …, un développement socio-économique digne de ce qualificatif commande la disponibilité de ‛‛ Seuils critiques ’’ (optimaux) d’un espace géographique national, d’une démographie, de Ressources humaines – notamment d’‛‛Excellences’’ scientifiques et technologiques, etc…

Or, divers traites et esclavages négriers [Cf. Olivier Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières. Ed. Gallimard, Paris, 2004] auront, à l’aurore de l’envol du Capitalisme, infligé au Continent africain une Saignée si gigantesque que notre Alma-Mater mettra du temps à s’en sortir !!! Si bien que Eric Williams et Walter Rodney écriront respectivement : (i) Capitalisme et esclavage. Ed. Présence Africaine, Paris, 1968. (ii) Et l’Europe sous-développa l’Afrique. Ed. Caribéennes, Paris, 1985.

De manière plus systématique, plus idéologique, des « éminences grises » européennes comme Georg Wilhelm Friedrich von Hegel, Arthur Joseph Gobineau, Georges Louis Comte de Buffon, Paul Broca, Ernest Renan, Jules Ferry, Onésime Reclus, Albert Sarraut et leurs épigones allaient convaincre leurs congénères caucasiens que l’Homme négro-africain n’étant qu’un « Singe supérieur » …, il revenait à l’Homme blanc d’exploiter toutes les Ressources dont Dame Nature a doté l’Afrique, et d’en tirer profit autant que faire se peut.

Nous allions, dès lors, assister à un réel PILLAGE ( !) colonial et colonialiste de notre Continent. Et c’est comme ça que l’Europe moderne sera construite avec des matières premières d’origine africaine !!!

ALORS, LA QUESTION SE DÉCLINE AINSI : « MAINTENANT QU’À LA FAVEUR D’UNE LUTTE ÉPIQUE, NOS PEUPLES ONT ARRACHÉ LEUR SOUVERAINETÉ NATIONALE ET INTERNATIONALE (DU MOINS FORMELLE), NE DEVRIONS-NOUS PAS TOUT METTRE EN ŒUVRE AFIN DE LEUR ASSURER UN VÉRITABLE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE ?!

Evidemment oui !!! Mais que constatons-nous à cet égard ?!

II. LE VENT DE BANDOUNG A DISPARU (!!!) IL Y A LONGTEMPS DÉJÀ

Le grand Jean Jaurès avait, selon mon humble avis, raison lorsqu’il martelait : « Peu d’internationalisme éloigne de la patrie ; beaucoup d’internationalisme rapproche de la patrie ». Ainsi donc, au sortir de la terrible Seconde Guerre mondiale – et l’immense influence du marxisme-léninisme contribuant – les leaders de proue des Peuples du Tiers Monde se trouvaient être des Progressistes avérés, imbus de Solidarité et de Coopération humanistes, universalistes et agissantes. Je ne mentionnerai ici que ceux qui me viendront à l’esprit, cela va de soi : Le Mahatma Gandhi, Jawaharlal Nehru, Mao Tse Toung, Chou En Laï, Lïou Chao Chi, Muhammad Mossadegh, Hô Chi Minh, Pham Van Dong, Vu Van Taï, Vô Nguyên Giap, Achmed Soekarno, Josip Broz Tito, Gamal Abdel Nasser, Habib Bourguiba, le Roi Mohammed V du Maroc, Ahmed Ben Bella, El Mehdi Ben Barka, Kwame (Francis) Nkrumah, Amilcar Cabral, Majhemout Diop, Cheik Anta diop, Alioune Diop, Mamadou Dia, Modibo Keïta, Ahmed Sékou Touré, Amadou Mahtar M’Bow, Julius Nyéréré, Nelson Mandela, Ruben Um Nyobé, Félix Moumié, Aimé Césaire, Jacques Rabémananjara, Frantz Fanon, Djibo Bakary, Ernesto Che Guevara, Fidel Castro, Salvador Allendé, etc…

Ce courant de l’air du temps, ce vent de l’heure, visant la Solidarité et la Coopération agissantes des Peuples du ‛‛ Sud ’’, n’allaient pas tarder à se concrétiser par la mémorable Conférence tenue du 18 au 24 avril 1955 à Bandoung (Indonésie) et baptisée ‛‛ Conférence de Bandoung ’’ .

Pour la première fois dans l’Histoire de l’Humanité, les ‛‛ Damnés de la Terre ’’ (Frantz Fanon), par leurs plus éminents dirigeants (Chefs d’État et/ou Chefs de gouvernement) interposés, se réunirent pour Traiter (!!!) d’Affaires de notre Planète. Et à quelles fins ?!

La Conférence de Bandoung visait les objectifs suivants : Primo, dire au Monde que nous, les Damnés de la Planète, nous aussi entendons EXISTER (!!!) … Secundo, inventorier les voies et les moyens les plus idoines en vue de précipiter la chute définitive de l’impérialo-colonialisme … Tertio, poser les jalons d’une Solidarité et d’une Coopération humanistes agissantes des Peuples concernés …

Quarto, proclamer que ces Peuples entendent se démarquer, de propos délibéré, des deux camps protagonistes de la ‛‛ Guerre froide ’’ (camp capitaliste occidental et camp socialiste de l’Europe de l’Est)…

D’où la naissance des concepts de ‛‛ Pays Non-Alignés ’’ et de la ‛‛ TRICONTINENTALE ’’. (Afrique – Amérique du Sud – Asie) [Cf. Roger Faligot, TRICONTINENTALE. Ed. La Découverte, Paris, 2013]

Pour le jeune militant patriote togolais, panafricaniste et humaniste que j’étais à l’époque, je puis aujourd’hui faire tranquillement mien le mot d’Alex Haley : « Tout homme a, dans sa vie, un ‛‛ grand moment ’’ ». Eh bien ! Les jours qui s’égrenèrent du 18 au 24 avril 1955 auront été, assurément (!), « un grand moment » dans ma maigrelette vie.

Hélas, le souffle de Bandoung allait, lui aussi, s’éteindre relativement vite, tel un feu de paille. Oui ! Il est rare que l’Humanité s’accroche facilement et durablement à des données humanistes ; l’Humanité a tendance à s’arc-bouter plutôt, indéfiniment (!), sur des situations qui relèvent de la ‛‛Loi de la Jungle ’’ (!) … Philippe Néricault Destouches écrira : « Chassez le naturel, il revient au galop ».

Dès lors, il sied, qu’à l’heure actuelle, nous portions un regard quelque peu critique sur la ‛‛ Coopération Sud-Sud ’’ que les Pères protagonistes de la « Conférence de Bandoung » appelaient de leurs vœux les plus ardents.

III. REGARD CRITIQUE SUR LA COOPÉRATION DES PAYS DITS ÉMERGENTS AVEC LES ROITLETS POSTCOLONIAUX AFRICAINS

C’est ainsi qu’au jour d’aujourd’hui, en termes de « coopération » entre les ex-damnés de la Terre, nous assistons, depuis des lustres déjà, à une vraie RUEÉ (!!!) vers les ressources naturelles de l’Afrique. Laquelle ruée est le fait des pays dits émergents (Japon, Chine, Inde, Corée du Sud, Turquie, Brésil, etc…). Nous observons un Retour pur et simple (!!!) à l’‛‛ÉCHANGE INÉGAL’’ (!!!) cher à la praxis impérialocolonialiste occidentale … d’antan. Nous constatons par ailleurs que la « coopération » en considération maintient nos pays africains dans le rôle d’éternels pourvoyeurs de matières premières, sans industrialisation de base aucune (!!!), avec des valeurs ajoutées introuvables !!! Nous voyons que la susdite « coopération » entretient (!!!) la perpétuelle « Détérioration des termes de l’Echange qui, à son tour, constitue l’Essence même (!!!) du « Commerce Métropole-Colonie » [Cf. Samir Amin. La Déconnexion – Pour sortir du système mondial. Ed. La découverte, Paris, 1986].

En somme, le colonisateur exploitait nos ressources naturelles le doigt sur la gâchette de sa mitraillette … Notre « ami » du « Sud », lui, PILLE littéralement nos matières premières en nous chloroformant ou en nous hypnotisant. Comment ?! En agitant quelques millions de dollars … devant les yeux éblouis … de nos roitelets postcoloniaux attardés, concupiscents et cyniques.

Il y a mieux ! De nos jours, la « coopération » avec les pays émergents s’avère un redoutable ÉPOUVANTAIL (!) entre les mains desdits roitelets, leur permettant de FAIRE CHANTER (!) nos excolonisateurs si, d’aventure, ceux-ci en viennent à leur rappeler leurs Responsabilités s’agissant des Droits de l’Homme et de la Démocratie… Que faire donc ?! Comme demanderait Vladimir Ilitch Lénine.

IV. QUE FAIRE ? !

De tous les segments de la Race humaine, aucun (!) – vraiment aucun (!) – n’a souffert du fait de son semblable autant que le Négro-Africain. Aucun (!) n’a jamais été autant opprimé, malmené, exploité, humilié, traîné dans la boue, déporté aux quatre coins de la Terre, déshumanisé, chosifié tout court. Voilà pourquoi le Continent africain se retrouve aujourd’hui au plus bas de l’échelle du développement socio-économique …

Avec le « Vent de Bandoung », on a pu croire, au cours d’un bref laps d’années, que, grâce à la Solidarité et à la Coopération humanistes … Sud-Sud, l’Afrique allait enfin, comme Minerve au crépuscule, prendre son Envol vers des lendemains qui chantent … Malheureusement, l’‛‛ Idéal de Bandoung ’’, lui aussi, s’est très tôt mué en « Réalpolitik » machiavélienne … Cet Idéal a, lui aussi dis-je, laissé sa place à l’éternel « Sauve-qui-peut » … Chassé par le noble humanisme internationaliste … de la ‛‛ TRICONTINENTALE ’’, l’éternel nationalisme étroit du « Chacun pour soi, Dieu pour nous tous ! » est revenu au galop.

Alors, du côté de nos « amis » du Sud, nous assistons à un vrai PILLAGE (!!!) éhonté des Ressources naturelles de l’Afrique. Du côté des « roitelets nègres » postcoloniaux illégitimes, illégaux, égocentriques, jouisseurs et cyniques, nous observons un réel BRADAGE (!!!) criminel des matières premières de notre Alma-mater.
Alors, pour répondre à la Question cruciale QUE FAIRE ?!, il m’apparaît judicieux de procéder comme suit.

1. A l’instar du vieux penseur François Arouet Voltaire, prions Dieu qu’Il nous protège contre nos « amis » … Et, ainsi que l’enseigne l’antique Sagesse, n’oublions jamais qu’« on n’est mieux servi que par soi-même » … Sauvons-nous donc nous-mêmes (!)

2. Puisque, par définition, aucune ressource naturelle n’est inépuisable sur notre Terre ; puisque, par ailleurs, nos roitelets postcoloniaux ne sont pas préoccupés par le développement socio-économique viable et durable de l’Afrique, Adoptons, pour le moment, une POLITIQUE CONSERVATOIRE (!!!) en la matière. Et ce, jusqu’à ce qu’une classe dirigeante autre … parvienne aux Affaires … de la « Cité Africaine ».

3. Le développement socio-économique en vue n’adviendra jamais (!!!) sur notre Continent, sauf avec la Réalisation de l’Unité Africaine authentique : celle des Peuples et non de Chefs d’État syndiqués. Il y a là l’incontournable TESTAMENT (!) de Marcus Mosiah Aurelius Garvey, de Kwame (Francis) Nkrumah, de Sylvanus Kwami Epiphanio Olympio, Cheikh Anta Diop et de tant d’autres Espritsphares qui ont Aimé (!!!) l’Afrique. « S’unir ou périr » (Garvey). « L’Afrique doit s’unir » (Nkrumah).

En effet, à l’Ère de la « Mondialisation » et du « Numérique », seule une Afrique véridiquement (!) Unifiée nous donnera les « Seuils Critiques » géographiques, démographiques, spatiaux, en ressources humaines qualifiées, en excellences cérébrales – les « Seuils Critiques » requis par le développement socio-économique que nous contemplons.

4. Pour cela, il nous faut Conquérir l’État de droit, les Droits de l’Homme, la Démocratie au sens contemporain de ce vocable [Cf. Pierre Rosanvallon, ci-après en Bibliographie sommaire], la Justice sociale, la « Bonne Gouvernance », la Libération de toutes les énergies humaines potentielles, etc …

5. MAIS, AU-DESSUS DE TOUT !!!), LA TÂCHE ULTIME (!!!) INDISPENSABLE (!!!) CONSISTE À NOUS DÉBARRASSER (!!!) DU RÉGIME DE « NOS » ROITELETS POSTCOLONIAUX …

À ce propos, je m’incline religieusement devant la Vaillance (!!!) du peuple du Gabon …

V. BIBLIOGRAPHIE ESSENTIELLE (par ordre alphabétique des noms des auteurs)

  • BANGUI Thierry, La Chine, un nouveau partenaire de développement de l’Afrique. Ed. L’Harmattan, Paris, 2009.
  • BOKILO Julien, La Chine en Afrique. Ed. L’Harmattan, Paris, 2011.
  • DIOP Cheikh Anta, Les fondements économiques et culturels d’un État fédéral en Afrique Noire. Ed. Présence Africaine, Paris, 1960.
  • DUMONT René, L’Afrique Noire est mal partie. Ed. du Seuil, édition de 1973.
  • GAYE Adama, Chine-Afrique : Le dragon et l’autruche. Ed. L’Harmattan, Paris, 2006.
  • N’KRUMAH Kwame, L’Afrique doit s’unir. Ed. Présence Africaine, Paris, 1966.
  • RECLUS Onésime, Lâchons l’Asie. Prenons l’Afrique. Ed. Librairie Universelle, Paris, 1904.
  • ROSANVALLON Pierre, La légitimité démocratique. Ed. Seuil, Paris, 2008.
  • SANGARÉ Louis, Les fondements économiques d’un État fédéral en Afrique de l’Ouest. Ed. l’Harmattan, Paris, 1998.
  • SARRAULT Albert, Grandeur et servitude coloniales. Ed. Sagittaire, Paris, 1931.
  • TÉTÉ Godwin. La Question Nègre. Parlons-en encore. Ed. L’Harmattan, Paris, 2013.
  • TIROLE Jean, Économie du Bien Commun. Ed. PUF, Paris, 2016.

Togo-Online.co.uk

LEAVE A REPLY