Togo, « Woabé Faure » : 50 balais et toujours célibataire.

320

« Un célibataire est quelqu’un qui, chaque matin, arrive au travail d’une direction différente » – Sholem Aleichem

Le Togo des Gnassingbé est un pays atypique dans la région ouest-africaine. Pendant que tout autour de nous, les pays avancent résolument, engrangent de notables avancées démocratiques, le Togo, lui, ne cesse de reculer. Il est le seul dans l’espace UEMOA à ne pas connaître d’alternance politique et où une seule famille est au pouvoir depuis 50 ans.

Togo, « Woabé Faure » : 50 balais et toujours célibataire.

Le verrou de la limitation du mandat présidentiel ayant été sauté par le père, le fils s’ouvre devant lui une autoroute pour la présidence à vie. La situation singulière du pays déteint même sur la vie matrimoniale du premier dirigeant. Le Togo est aujourd’hui le seul pays dans la sous-région à ne pas avoir de Première dame. Et pourtant ce ne sont pas les prétendantes qui manquent…

Le jeune président togolais a soufflé lundi 6 juin 2016 ses 50 bougies. Dans un pays où l’espérance moyenne de vie est de 56 ans, avoir 50 ans mérite d’être célébré. Pour marquer ce jubilé d’or, un programme spécial aurait été concocté au palais de la présidence et se serait, d’après les informations, étalé sur deux jours. Concomitamment, des messes d’action de grâce ont été commandées pour implorer la protection divine et la sagesse sur le N°1 togolais.

Il y a quelque chose qui cloche au sommet de l’Etat. Malgré ses 50 printemps, le jeune président reste et demeure un célibataire endurci. Une situation qui ne l’honore et n’honore pas le Togo. Après tout, Faure Gnassingbé n’est pas un citoyen ordinaire. C’est le Chef de l’Etat. A ce titre, il a l’obligation de donner le bon exemple à ses concitoyens.

Derrière un grand homme se trouve une grande dame, enseigne la sagesse. Mais il est constant de voir Faure Gnassingbé se présenter en singleton dans les grands rendez-vous internationaux pendant que ses pairs des autres pays sont très bien accompagnés. Maintes fois, il a dû poser désespérément seul avec le couple Obama lors de ses voyages à New York. Régulièrement à ces rencontres internationales, les Premières dames organisent des rencontres parallèles pour plancher sur des questions cruciales, mais le Togo n’a jamais eu voix au chapitre, faute de Première dame.

Tout récemment, fin janvier 2016, Faure Gnassingbé avait effectué une visite au Vatican en compagnie de sa mère que les médias internationaux avaient malencontreusement prise pour sa « femme ». A juste titre, parce que ces médias conçoivent mal qu’un chef d’Etat effectue une visite officielle sans sa « moitié ». Pourtant c’est cette situation ubuesque qui prévaut au Togo où le chef de l’Etat est toujours célibataire.

Un président sans Première dame, est-ce possible ? Selon certains analystes, ça ne pose aucun problème puisqu’il n’y a pas de statut juridique de Première dame. Celle-ci ne dispose pas d’un bureau au Palais et ne figure dans aucun organigramme officiel. Toutefois, l’état de président-célibataire, observent-ils, peut poser problème aux yeux de ceux qui ont un attachement au couple, et cela peut être considéré comme une désacralisation de la fonction présidentielle.

Ailleurs comme en Afrique du Sud, personne ne s’offusque que Jacob Zuma ait un premier, un deuxième…un sixième « bureau ». Il a décidé de les légitimer toutes. Si Faure Gnassingbé à qui on prête de nombreuses conquêtes féminines ne peut pas faire comme son homologue sud-africain, au moins qu’il officialise une pour en faire la Première dame du Togo.

Source : Médard Amétépé, Liberté

27Avril.com

LEAVE A REPLY