Togo : Sommet Afrique-Israël, le sommet de la discorde. Plusieurs agents du Mossad débarquent à Lomé.

890

Le fameux sommet Afrique-Israël que le pouvoir de Faure Gnassingbé tient à organiser, du 24 au 26 octobre prochain à Lomé, ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. Et ce n’est qu’un euphémisme lorsqu’on scrute la vague de protestations de certains pays arabes ou musulmans. La poignée de main en Faure Gnassingbé et le Président palestinien Mahmoud Abass, au dernier sommet de l’Union Africaine à Addis- Abeba, n’aura pas suffi pour apaiser les tensions, au contraire. Ce subterfuge qui consiste à ménager la chèvre et le chou n’a pas convaincu les pays de confession musulmane qui voient en cette intrusion officielle d’Israël en Afrique une provocation. Plus on s’approche de la date du sommet, plus les appels au boycott par les pays hostiles seront retentissants.

Togo : Sommet Afrique-Israël, le sommet de la discorde. Plusieurs agents du Mossad débarquent à Lomé.

A Lomé, on semble minimiser l’appel au boycott. Au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration, on annonce la participation d’une trentaine d’Etats, sans préciser le niveau de la représentativité de chaque pays. Les pays connus pour être compatible avec l’Etat hébreu seront naturellement présents, notamment le Rwanda, Le Cameroun, le Congo Brazzaville, la Guinée Equatoriale, le Kenya, l’Ouganda, le Ghana, la Côte d’Ivoire, pour ne citer que ceux-là. En revanche, manqueront à l’appel le Niger, le Mali, la Mauritanie et bien d’autres.

Ce sommet est un pari à haut risque pour Faure Gnassingbé, croit savoir «La Lettre du Continent», dans sa parution N° 757 du 12 juillet. Selon ce journal, plusieurs pays de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), fous de rage, se sont plaints auprès de l’Union Africaine ( UA) et souhaitent des représailles (sic) envers le Togo. Riyad qui a récemment mis au banc des accusés le Qatar pour son soutien au terrorisme, n’a pas hésité à convoquer le chargé d’affaire du Togo en Arabie Saoudite pour une demande d’explication.

Faut-il le rappeler, le roi du Maroc, Mohammed VI a boycotté il y a quelques semaines le sommet de la CEDEAO à Monrovia, en signe de protestation de la présence du Premier ministre israélien à cette rencontre. On le voit bien, Lomé ne se met pas seulement à dos les pays arabo-musulmans, mais risque aussi de s’attirer les foudres de tous les groupuscules dangereux qui jurent de rayer l’Etat d’Israël de la carte du monde.

Le Mossad débarque à Lomé

Benjamin Netanyahou, le Premier ministère israélien qui a de plus en plus d’ennuis avec la justice de son pays pour des faits de corruption, débarquera à Lomé en territoire conquis. A la tête d’une délégation de plus de 220 personnes dont plusieurs hommes d’affaires. Il se déplacera dans la capitale togolaise à bord de sa propre limousine blindée. Plusieurs agents des services secrets de l’Etat hébreu dont le fameux Mossad sont actuellement dans la capitale togolaise pour les repérages. Selon des sources bien précises, le quartier administratif et plusieurs sites de la capitale seront déclarés zone militaire et interdits à toute circulation. Les drones survoleront la capitale en permanence pour parer à toute éventualité.

Les Togolais seront de nouveau confinés chez eux, comme ce fut déjà le cas lors du sommet sur la sécurité maritime en octobre 2016 qui a englouti des milliards et dont la charte peine à être ratifié par les pays africains. Si la coopération entre Tel Aviv et d’autres pays africains porte ses fruits, notamment au Ghana qui a réussi à travers ce partenariat à construire le plus grand hôpital de la région. Par contre avec le Togo on a de la peine à évaluer les fruits de la coopération avec Israël en termes d’impact sur les populations. Une bande mafieuse des ressortissants de ce pays, avec en tête un ancien du Mossad, Raphy Edery, et ses rejetons gèrent en vase clos les phosphates du Togo. Selon les révélations de Sabine Cessou, journaliste à RFI, dans un article publié en avril dernier, le Togo a acquis auprès de l’Etat hébreu en 2013 du matériel d’écoute et de sécurité à plus de 95 milliards de F CFA, soit le double du budget de l’armée, pendant que les hommes en treillis, piliers du régime, côtoient la misère quotidienne dans leurs différentes casernes. Plusieurs sources croient savoir que cette mirobolante facture aurait été réglée par des cargaisons de phosphates.

Comme on peut le constater, l’axe Lomé-Tel Aviv est plus motivé par une volonté de trouver un allié pour asseoir un pouvoir à vie que pour le bien-être des Togolais. Et pour plaire à ses parrains et protecteurs israéliens, Faure Gnassingbé est prêt à tout, même si cela devrait à court ou moyen terme déboucher sur des conséquences fâcheuses pour son pays.

Source : L’Alternative No.628 du 14 Juillet 2017

27Avril.com

4 COMMENTS

LEAVE A REPLY