Togo, Sauvagerie des militaires : Noms de quelques jeunes victimes à Sokodé

294

La mobilisation pacifique du peuple togolais déclenchée le 19 aoüt 2017 par le charismatique leader du PNP Tikpi Atchadam, appuyé depuis lors par une coalition des autres parties de l’opposition, ne semble pas faiblir. Bien au contraire. Tant au Togo que dans la diaspora, la volonté des Togolais d’en finir avec le régime Gnassingbé qui régente leur pays dans une misère ambiante reste inébranlable.

La réponse du régime tachiste de Faure Gnassingbé à cette volonté du peuple pour une alternance est l’usage de la violence. Une violence inouïe. Une violence gratuite infligée par sa soldatesque et ses milices dans les villes, villages et hameaux sur tous. Enfants. Jeunes. Adultes. Personnes âgées. Femmes. Hommes. Mêmes sur les animaux !

Les villes de Mango, de Bafilo et de Sokodé dans le nord du pays sont les localités ayant subi (et continuent de subir ) le plus d’exactions des militaires payés par l’argent du contribuable mais au service exclusif de Faure Gnassigbé et de sa bande d’assassins et de voleurs qui pillent les ressources du pays. Lomé et d’autres villes n’ont pas échappées non plus à la bêtise humaine de l’armée de Faure, ces voyous en treillis qui n’hésitent à violer les domiciles, vandaliser les biens d’autrui, brutaliser les personnes en toute impunité.

Au delà des images de ces exactions qui inondent les réseaux sociaux, les confrères de « La Gazette du Togo » ont mis des noms sur certains visages dans ces images provenant des villes martyres, surtout de Sokodé.

Arafat Idrissou

Togo, Sauvagerie des militaires : Noms de quelques jeunes victimes à Sokodé

17 ans. En classe de 3e. Il a été passé à tabac par les soldats au grand marché de Sokodé. Il a évacué à l’hôpital par les sapeurs pompiers qui ont déclaré honteusement qu’il a fait un accident parce qu’ayant perdu connaissance. A son réveil, le jeune Idrissou a démenti la thèse de l’accident et déclaré qu’il a été battu par les soldats.  L’avenir de jeune homme est incertain parce qu’il doit doit avoir nécessairement des traumatismes crâniens.

Bilali Tchagnao

Togo, Sauvagerie des militaires : Noms de quelques jeunes victimes à Sokodé

21 ans. Apprenti maçon-carreleur. Il a été molesté et passé à tabac par les militaires au niveau de la cathédrale de Sokodé, le 5 octobre. Il reçu de violents coups à la tête. A du mal à se retrouver.

Gnim Baka

Togo, Sauvagerie des militaires : Noms de quelques jeunes victimes à Sokodé

Il a été atteint par balle à l’abdomen

Rabiou Agrigna

Togo, Sauvagerie des militaires : Noms de quelques jeunes victimes à Sokodé

14 ans en classe de 4e. Tabassé par les militaires, le 5 octobre 2017, admis à l’hôpital.

Sanounou Tchadjobo

Togo, Sauvagerie des militaires : Noms de quelques jeunes victimes à Sokodé

18 ans. Elève en classe de 3e. ,Touché à l’œil droit et à la tête par une balle le 5 octobre 2017 lors de la manifestation à Sokodé.

Sans Noms pour l’instant

Ce jeune homme ci-dessous brutalisé par les soldats est perdu jusqu’aujourd’hui inconscient

Togo, Sauvagerie des militaires : Noms de quelques jeunes victimes à Sokodé

Des blessés au CHR de Sokodé avec des graves infligées par les militaires / milices de Faure Gnassingbé

Reportage de la chaïne ARTE sur la mobilisation pacifique du peuple et la violence des militaires au Togo

Voir plus de vidéos sur la chaîne youtube de la La Gazette du Togo

Source : La Gazette du Togo + 27avril.com

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here