Togo : Quelle éducation pour quelle société ?

252

L’éducation représente de loin un secteur clé du développement de tout pays. A l’approche de la rentrée scolaire, il est important de procéder à une analyse du volet éducatif de notre pays. Si, étymologiquement, le concept ‘’éducation’’ signifie l’action de « guider hors de », c’est donc à juste titre que l’on peut penser qu’il renvoie aux notions de développement humain.

En effet, l’éducation doit permettre de quitter un degré de connaissance inférieur pour accéder à un degré supérieur. Cependant, si nous portons un regard critique sur le système éducatif du Togo, plusieurs questions susciteront notre réflexion : Pourquoi le niveau d’excellence des élèves togolais subit une baisse graduelle ? L’école est-elle responsable du chômage ? Quels moyens l’Etat met-il au service de l’éducation ? Ces interrogations mettent à contribution aussi bien les autorités togolaises, les enseignants, les techniciens de l’éducation, les parents d’élèves que les apprenants eux-mêmes.

Etat des lieux de l’éducation au Togo

L’éducation est un droit fondamental pour tout individu. Cependant, le schéma que présente le Togo en matière d’alphabétisation et de développement de la personnalité n’est pas enviable. En effet, les résultats statistiques montrent que le taux d’alphabétisation des enfants au Togo ne connait pas de réelle évolution. Rappelons qu’il y a 8 ans, fut appliquée pour la première fois la mesure de gratuité de l’école publique au préscolaire et au primaire. Or, la capacité d’accueil des écoles n’est pas à la hauteur de la demande élevée qui a suivi cette action. Les résultats immédiats furent : l’insuffisance des infrastructures et des matériels pédagogiques, les effectifs pléthoriques, le manque de compétence des enseignants. Pourtant, plus les enfants sont jeunes, plus ils ont besoin d’encadrement.

Face aux conséquences de cette décision, il urge de penser autrement les moyens à mettre en place pour un accès équitable et réelle de tout citoyen à l’éducation.  Car, l’éducation contribue au développement des facultés physiques, psychiques et intellectuelles. Elle permet de lutter contre l’obscurantisme, l’ignorance et d’autres maux qui minent notre société actuelle. L’éducation permet de comprendre certaines réalités sociales et politiques afin d’agir efficacement.

Et c’est pour ces raisons que le gouvernement togolais ne baisse pas les bras, il fait des efforts en ce sens mais beaucoup reste encore à faire.

 

Un système éducatif de qualité ?

Les études montrent également que le niveau de français et de mathématiques au Togo est relativement bas comparé à celui du Burundi, du Gabon, de la République Démocratique du Congo et du Sénégal. En effet, l’élève togolais éprouve des difficultés à assimiler correctement le français. Devant cette situation, il est important de revoir les méthodes d’enseignements de certaines matières stratégiques. Cependant, la qualité de l’enseignement dépend de la volonté réelle de l’État de s’impliquer dans l’éducation. Les trois acteurs clés de l’éducation à savoir: les enseignants, les parents et l’État doivent non seulement assumer leurs devoirs de façon superficielle mais aussi et surtout s’intéresser aux résultats que produit le système éducatif. L’enseignement est d’abord et avant tout une question de vocation. On atterrit par dans ce métier par hasard, par contrainte ou faute de mieux. Dans ces cas-là, les rendements en pâtissent au grand dam des élèves qui, obtiennent des diplômes à la fin de leur formation mais sont dépourvus du savoir. Ils sortent avec des connaissances désuètes dans un monde en constance évolution.

Les parents, de leur côté, doivent rechercher l’excellence pour leurs enfants. Le critère de choix des écoles ne doit pas se reposer uniquement sur le taux élevé de réussite mais plutôt sur la qualité de l’enseignement. Au niveau de l’État, il doit y avoir une restructuration et une bonne régulation dans la gestion des aides extérieures et du budget éducatif pour une meilleure prise en charge de ce secteur.

Éducation et responsabilité

Après l’obtention du Baccalauréat Deuxième Partie (BAC 2), tous doivent-ils entrer à l’université ? Pas forcément ! L’effectif des étudiants dans les universités du Togo est largement au-dessus de la moyenne. Cela est dû à l’inexistence de filières de formation adéquates pour la prise en charge effectif de certains jeunes afin de développer leurs capacités manuelles et intellectuelles. Il est dommage que le système togolais soit une copie conforme du système éducatif francophone qui est caractérisé par la passivité et la stagnation, mais tout dépend de l’usage qu’on en fait. D’ailleurs, tant que qu’il ne favorise pas inventivité, il demeurera un système figé à l’inverse du système anglo-saxon qui promeut le développement des capacités intellectuelles et de la personnalité.

En définitif, il est temps de « réveiller » ce protocole éducatif dormant et adopter une nouvelle politique éducationnelle pour l’adéquation formation-emploi dans un monde où les diplômes ne reflètent la connaissance.

Lomé Infos.com