Togo: Organisation du sommet UA sur la sécurité maritime, position de Fabre

310

Jean-Pierre Fabre

Mardi 27 Septembre 2016 – Jean-Pierre Fabre, le Chef de file de l’opposition togolaise s’est prononcé dans un communiqué de presse sur l’opportunité de la tenue du sommet de l’Union Africaine (UA) sur la sécurité maritime et le développement en Afrique.

Sur la nécessité de la tenue du sommet sur la sécurité maritime du 10 au 15 octobre 2016 à Lomé au Togo, Fabre a, après sa rencontre le 15 septembre dernier avec Payadowa Boukpessi, le ministre Togolais de l’Administration Territoriale publié que « … dans le principe, il n’a aucune objection quant à l’organisation d’un sommet sur la sécurité maritime ». Si le Chef de file de l’opposition togolaise s’est prononcé pour l’organisation de ce sommet, il a néanmoins objecté qu’il ne peut s’empêcher de faire certaines observations.

Pour ces observations, le leader du principal parti de l’opposition a d’abord relevé que « conformément à la loi, le Chef de file de l’opposition a pour interlocuteur politique le Président de la République et pour interlocuteur institutionnel, le Premier Ministre, Chef du gouvernement » avant de relever certaines priorités, points de discussions et préoccupations nationales qui restent dans l’impasse

A propos des préoccupations nationales a estimé que d’importantes ressources financières sont consacrées à ce sommet au détriment des besoins vitaux des populations qui voient leurs conditions de précarité s’aggraver dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’eau potable, de l’assainissement, de la formation et de l’emploi.

Outre ce justificatif, Fabre a évoqué l’absence d’un dialogue et d’un consensus entre le pouvoir et l’opposition sur les questions politiques essentielles telles que :

• le rejet par le RPT/UNIR de la proposition de loi sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles,
• l’exclusion des représentants de l’opposition de la CENI par le RPT/UNIR, depuis 17 mois,
• le refus par le RPT/UNIR de respecter la loi organique sur la HAAC et le statut de l’opposition qui reconnait à l’ANC, en tant que principal parti de l’opposition à l’Assemblée nationale, le droit d’avoir des représentants dans toutes les institutions de la République.

Sur les charges financières de ce sommet, la publication du leader de l’opposition fait relever que d’après le ministre de l’Administration Territoriale le coût du sommet est prévu au budget et qu’un dépassement éventuel pourrait être pris en compte dans un collectif budgétaire, étant entendu que la logistique et le secrétariat du sommet sont à la charge de l’UA.

Pour le sommet en vue, précisons que diverses questions entre autres celles liées à l’insécurité maritime, marquée par des actes d’agression, de brigandage, de vol à main armée, aux trafics illicites de tout genre transitant en mer, la pêche illicite, la préservation de l’environnement marin… et la question de la migration seront examinées

Mensah, Lomé

– Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou [email protected]

Koaci.com