Togo : Oraison Funèbre Du Système RPT/UNIR.

20

Togo : Oraison Funèbre Du Système RPT/UNIR.

Quand la liberté succombe. Quand l’édifice de la République se démolit pièce à pièce. Quand le peuple est livré à la cupidité des pilleurs, en proie à toutes les horreurs de l’indigence et de la misère. Quand il est dépouillé de tous ses droits, avili, méprisé par une minorité rapace et qu’il languit sous leur joug inqualifiable, alors il n’y a d’autre option pour sa délivrance qu’une sublime révolution. C’est donc le peuple togolais, dans son immense majorité, qui exige désormais la fin du système  inique qui régente notre pays. Le seul consensus national ne doit donc être que la fin de ce système moyenâgeux, reposant sur un odieux despotisme.

Le sang et les larmes de nos frères, sœurs et enfants ne doivent plus servir à honorer et à récompenser des criminels et des fraudeurs. Je l’affirme sans ambages que quand la liberté n’a plus de soldat, elle en appelle aux martyrs. La majorité parlementaire d’UNIR a déjà trahi notre patrie. Elle a même osé rejeter un projet de loi du gouvernement dirigé par Mr AHOUMEY-ZOUNOU, qui proposait en temps opportun la limitation du mandat présidentiel à deux et des élections présidentielles à deux tours. Maintenant, il est trop tard pour se limiter à cela. L’opposition parlementaire ne peut plus faire une quelconque concession sur le principe d’en aucun cas, nul ne peut pas faire plus de deux mandats. Ce serait une haute trahison de notre peuple et de notre patrie.

Le destin l’a voulu ainsi et le peuple souverain a pris le contrôle de son destin. C’est aussi la raison de ma circonspection en ce moment. Que chacun sache donc que mon cœur ne bât que pour mes compatriotes et le triomphe de la justice, de la liberté et de la dignité humaine. Nous ne devons plus jamais accepter qu’une minorité, au mépris de la morale et de la justice, s’accapare impunément de l’autorité suprême par le crime, la violence, la fraude et la ruse. Étant une truelle et non un marteau, ma mission est d’éveiller les consciences, de construire et de ne jamais laisser de repos au crime dominateur.

La majorité de notre peuple souffre terriblement. Elle est donc vexée, pressurée et accablée sous la plus cuisante détresse. Elle est courbée sous le plus odieux avilissement et pour comble d’atrocité, il ne lui est pas permis de se plaindre. Or, c’est cette majorité, qui est la République et qui est désormais l’Etat. Aucun usurpateur, aucun insolent ne peut lui ravir ce droit. Alors, en entendant son cri, des représentants ne peuvent être que lui-même car il faut avoir le cœur du peuple pour exprimer sa volonté.

Que DIEU TOUT-PUISANT veille sur notre patrie, assiste à la libération de notre peuple et nous inspire dans le redressement national.

Nicolas Lawson
Président du PRR
15 Septembre 2017

27Avril.com