Togo : Lundi prochain, Faure Gnassingbé soufflera une bougie de plus. Cinquante ans selon la version officielle, quarante-huit pour certains. Toujours est-il qu’il est né un 6 juin à l’hôpital d’Afagnan.

184
S’il est vrai qu’il a passé cette semaine en Chine et s’apprête à repartir en Allemagne le 8 juin prochain, il marquera tout de même une pause au bercail avant de reprendre les airs, tout globe-trotter qu’il est redevenu. Mais entre-temps, il fêtera son jubilé au pays. L’événement sera-t-il marqué d’un sceau indélébile ? Des citoyens pourraient-ils profiter de ce jour si spécial pour lui ? Des Togolais croient que oui et se sont confiés.

Savez-vous que des Togolais feront des paris ce week-end ? Non pas avec les numéros de la LONATO qui tire toujours son épingle du jeu, mais bien avec le jubilé de Faure Gnassingbé ?

Lundi 6 juin prochain, le chef de l’Etat bouclera officiellement 50 ans d’âge. 48 selon certains qui croient dur comme que le fils d’Eyadema devra attendre 2018 pour avoir 50 ans, parce que selon une version qui est loin d’être farfelue, Gnassingbé Eyadema se serait rendu en hélicoptère au chevet de Sabine Mensah à l’hôpital d’Afagnan où Faure a vu le jour. Pour soutenir cette version, il est avancé que le père ne pouvait utiliser l’hélicoptère qu’en étant Président de la République. Or, Eyadema est monté au pinacle en 1967. Donc, c’est l’année suivante et non l’année d’avant qu’il a eu Faure comme enfant. Mais l’objet de l’article n’est pas de présenter une thèse pour soutenir ou infirmer l’année de naissance de l’actuel chef de l’Etat.

Un anniversaire, qui plus est un jubilé, ça se fête. Et si, comme nous l’a affirmé un ministre cette semaine Faure Gnassingbé avait passé le 6 juin 2015 au service, il n’est pas impossible qu’il réédite le même coup cette année. Ce serait un signe qu’il se soucie de sa Nation (sic). Mais des surprises pour surprendre son entourage, beaucoup de Togolais pensent qu’il en est bien capable. Si certains croient qu’il peut élargir des prisonniers en cette occasion, parce qu’il ne l’a pas fait le jour de l’indépendance du pays, d’autres par contre tablent sur une surprise sans surprise, c’est-à-dire rien. « Quand on voit l’effectif dans les centres de détention sur l’étendue du territoire national alors que bien des prisonniers sont privés de liberté pour des peccadilles, je crois que Faure peut se rattraper sur ce plan », tel est l’avis d’un homme de média défenseur des droits humains.

Un enseignant abonde dans le même sens, mais en élevant la barre. « Maintenant qu’il n’est plus assailli par les critiques portant sur le cas de son frère en détention, il n’est pas impossible qu’une annonce d’envergure soit rendue publique au sujet de son demi-frère. Parce qu’apparemment, l’homme n’aime pas qu’on lui mette la pression ; il préfère aller à son propre rythme, au point de déplaire, mais c’est aussi ça, notre président », estime-t-il.

Surprendre sans vraiment le faire, c’est ce que fera le chef de l’Etat, selon un étudiant. « Regardez vous-mêmes le 27 avril dernier. Si Faure Gnassingbé n’a rien fait comme annonce d’envergure, ce n’est pas le 6 juin, date de sa naissance qu’il fera quelque chose. D’abord qu’il tient difficilement ses promesses, et vous voudriez qu’il surprenne agréablement le peuple ? En tout cas, j’attends de voir. Déjà qu’il est annoncé en Allemagne la semaine prochaine, il ne lui est pas impossible de rallier les Germains après avoir visité les Chinois, sans revenir se ressourcer au pays ce week-end. Les surprises de Faure, c’est comme des larmes de crocodile, rarissimes ».

Un cercle d’amis a même lancé des paris, certains affirmant que le président ne peut pas ne pas poser un acte dont se souviendraient les populations ce jour. Les jeux sont ouverts.

Liberté

Togosite.com