Togo: l’opposition condamne 'l’enlèvement' de l’imam et maintient ses manifestations Featured

285

Après le gouvernement, c’est au tour de la coalition des 14  partis de l’opposition de  réagir suite à l’arrestation de l’Imam Djobo Mohamed Alassani. Et comme on pourrait s’y  attendre, l’opposition condamne ce qu’elle appelle l’enlèvement d’un proche de Tikpi Atchadam  et exige sa libération immédiate et inconditionnelle. Elle remobilise ses troupes pour les manifestations de mercredi et jeudi.

Dans un communiqué publié mardi, le CAP 2015,  le Groupe des Six, le PNP, le CAR et Santé  du Peuple disent avoir constaté comme tout togolais, l’enlèvement de l’Imam de la mosquée de l’école centrale de Sokodé le  lundi 16 octobre 2017 en début de soirée.

Cette arrestation qui a mis les villes de Sokodé, Tchamba, Bafilo, Kpalimé et le quartier d’Agoè-nyivé de Lomé  à feu et à sang avec un bilan provisoire de  trois morts,  plusieurs blessés et de dégâts matériels est pour la coalition est un acte illégal. L’opposition exige à cet effet la libération immédiate et inconditionnelle de l’Iman et des personnes arrêtées ainsi que la cessation immédiate des arrestations et représailles à l’endroit des populations.

L’opposition présente ses condoléances aux familles éplorées et dans le même temps, demande à la population de sortir massivement pour les prochaines  manifestations publiques.

« Saluant une fois de plus la détermination et la résistance des populations face à l’oppression, la coalition les invite à sortir massivement les mercredi 18 et jeudi 19 octobre 2017 pour marquer leur solidarité avec les compatriotes éprouvés et exiger plus que jamais le retour à la constitution de 1992, la révision du cadre électoral y compris le vote des Togolais de l’étranger, le déverrouillage des Institutions de la République », précise le  communiqué.

Par ailleurs,  toujours la journée  du mardi, les autres partis de la coalition sont allés exprimer leur solidarité aux premiers responsables du  Parti national panafricain (PNP)  dont le siège national sis Agoè Orakis II  a été incendié  au cours des manifestations spontanées  qui ont suivi l’arrestation de l’Imam conseiller de Tikpi Atchadam.

TogoBreakingNews.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here