Togo Litige foncier à Sagbado Agotimé : Togbui Semekonawo Yaotsé Innocent II et son Secrétaire Agadzi accusés de semer la zizanie au sein de la collectivité Agbessi

327

Cela fait plus de 20 ans que la quiétude de certains habitants du quartier de Sagbado Agotimé est troublée par une affaire qui oppose certains membres de la collectivité Agbessi aux acquéreurs d’un domaine de 6 hectares situé à Sagbado Agotimé. Ces derniers accusent le chef canton Semekonawo Yaotsé Innocent II d’être au cœur de toutes les manipulations.


Un chef canton qui se met en intelligence avec des vendeurs véreux pour accaparer des domaines que sa femme, dame Azonyikpo Agbessi Mawoussé (mandataire de la collectivité Agbessi) a vendus et dont il a lui-même a apposé sa signature au bas des documents de vente en guise de témoin et en tant que chef canton, cela sort de l’entendement. Et pourtant c’est le scenario rocambolesque que vivent actuellement les populations de Sagbado Agotimé, obligées de se mobiliser contre les manœuvres du chef canton et de son Secrétaire Agadzi, géomètre de son état.

La collectivité Agbessi est composée de trois (3) grandes familles : Goha, Nougnoyi et Azonyikpo. Entre-temps c’était Azonyikpo Agbessi Mawoussé (membre de la famille) qui jouait le rôle de mandataire. En 1995, un jugement N°134 du 14 février 1995 recommande le partage du patrimoine. Le Tribunal de Lomé a donc ordonné et homologué le projet de partage établi par le géomètre Agbodive Akakpo à cet effet. « Suite à une mésentente entre les frères,la Justice avait ordonné de faire exécuter les travaux topographiques (lotissement et partage). On l’avait fait et un plan de lotissement et de partage homologué par la Justice a été remis à chaque famille », nous a indiqué Ahiangbegnon Fofo, membre de la collectivité Agbessi. Et c’est sur cette base de partage que dame Agbessi Mawousse, qui se trouve être la femme du chef canton, a vendu des lots qui lui revenaient. Elle avait pour témoin son mari Semekonawo qui avait apposé sa signature sur les reçus de vente.

Divorcé d’avec sa femme, le chef canton, de connivence avec ses « beaux-frères » représentés par Ahiangbegnon Fofo conteste la vente des lots. Dans sa démarche vengeresse, il s’est permis d’envoyer son Secrétaire Agadzi, le 10 août dernier, chez les acquéreurs pour leur signifier une lettre d’expulsion des lieux. Curieux !

« Mawoussé a été ma femme, actuellement elle n’est plus avec moi, c’est vrai qu’elle avait vendu des lots à Sagbado.J’ai été son témoin,et même d’autres acquéreurs venaient vers moi et je leur signais des dossiers pour l’obtention du certificat administratif, mais il se pourrait aujourd’hui qu’elle ne soit pas la vraie propriétaire », nous a confié Semekonawo Innocent.Voilà un chef canton qui se dédit. Il signe les reçus de vente des terrains aujourd’hui, et demain, pour des raisons obscures, affirme que le terrain n’appartenait pas à celle qui les avait vendus.

L’affaire a été portée devant la Cour d’Appel de Lomé par les acquéreurs. Mais
Ahiangbegnon ne s’est jamais présenté devant le juge. Contre toute attente, dame Tordjo Akouyo représenté par Ahiangbegnon Fofo, porte l’affaire en référé. Et à l’issue d’un simulacre de procès, elle fut tranchée en sa faveur et l’ordre a été donné de procéder à l’expulsion des occupants des lieux

Cette rocambolesque affaire qu’il convient d’appeler l’affaire Azonyikpo Mawoussi /Tordjo Akouyo n’était au départ qu’une simple affaire de partage successoral que les malins esprits ont transformée en une rixe dans laquelle tous les coups sont permis. Au nom d’une vilaine spéculation immobilière, le chef Semekonawo et certaines personnes fortunées et haut placées poussent les frères de dame Mawoussé à remettre en question le partage amiable du vaste domaine de leur aïeul intervenu depuis 1995.Et à chaque investigation dans cette affaire, un nom revient, et ce n’est malheureusement pas celui d’une des parties, mais plutôt du chef canton Semekonawo et son Secrétaire Agadzi.

Le samedi dernier, les acquéreurs se sont transportés à son domicile et lui ont adressé une note qui l’accuse de semer la zizanie au sein de la collectivité Agbessi à des fins de manipulations et d’intérêts.

Rappelons que quelques temps après son intronisation, le chef canton est impliqué dans la vente des réserves administratives à Sagbado, notamment le terrain domanial réservé pour le marché de Logoté Sakani, le domaine du CEG Ségbé, le domaine réservé pour la construction d’un terrain de football à Apédokoe. Son Palais royal est transformé en un véritable temple de signature des reçus de vente de terrain. Il va même jusqu’à nommer, à en croire des sources, les chefs de village contre des espèces sonnantes. Tous ceci, sous le silence coupable du pouvoir qui, visiblement, préfère fermer les yeux sur les magouilles du représentant local. Membre de l’Union pour la République (UNIR), il peut compter sur ses réseaux qui lui assurent l’impunité. « Malgré nos lamentations, en ce qui concerne la vente des terrains domaniaux, les autorités de la préfecture se sont tues, parce qu’elles recevaient des pots de vin », pestent les collectivités de Sagbado.

La justice doit reprendre son travail et situér les responsabilités dans cette affaire d’arnaque dans laquel le chef canton Semekonawo Yaotsé Innocent joue un rôle trouble.

icilome.com – TogoActu24.com

LEAVE A REPLY