Togo : les trafiquants du sang humain au Togo

1075
A en croire ceux qui le connaissaient, il s’appelait Honoré Dom. Il a été retrouvé ce dimanche matin les yeux fermés, le corps vidé de son sang à l’aide d’une seringue dont les traces sont remarquables au cou. Selon les témoins, ses bras et son cou seraient attachés par un fil de fer, le corps laisserait voir les traces de coups de fouet.

Sous le choc, les habitants n’ont pas pu contenir leurs larmes : « De telles scènes horribles deviennent fréquentes dans notre localité. Je crois bien que les trafiquants de sang humain sont dans nos murs, nous allons nous mobiliser pour leur barrer la route » a déclaré un jeune en sanglots. « Ce sont les trafiquants du sang humain qui ont commis ce crime odieux. Quand on examine le corps, on remarque des piqures de seringue », a renchéri un autre. Alertées, les forces de sécurité se sont déplacées sur les lieux, accompagnées du corps médical qui a examiné le cadavre.

Aux dernières nouvelles, le corps n’a pas pu être admis à la morgue du Centre Hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio (Chu SO). Il a été enterré dans la soirée par les autorités au cimetière de Yokoé Agblegan.

Rappelons que ces genres d’assassinats sont fréquents dans le canton de Sagbado, une zone où règne l’insécurité. A Segbé par exemple, un enfant de 3 ans du nom de Hededji Prisca avait été retrouvé mort dans un garage des mécaniciens dans les mêmes circonstances.

Ce crime d’Apedokoé doit interpeller le ministre de la Sécurité et de la Protection civile afin de mettre la main sur ce réseau de criminels.

L’Alternative

Togosite.com