Togo : Les épis-puits de Gbodjomé, une idée ingénieuse des populations pour bloquer l’avancée de la mer

410
L’avancée de la mer n’est plus un secret pour personne. A Gbodjomé par exemple, une localité située à 25 km à l’est de Lomé dans la préfecture des Lacs, on parle d’une centaine de mètres déjà engloutie par la mer. Prenant la mesure de la rareté des actions gouvernementales, les populations se sont constituées en Collectif « Sauvons le littoral du Togo » afin de diminuer un tant soit peu l’avancée de la mer.

Depuis deux (2) ans, sont construits sur la plage de Gbodjomé, des épis-puits qui ne sont rien d’autre que des puits normaux d’une hauteur de 6 à 8 mètres, remplies de bétons et qui empêchent les vagues de ruiner la plage.

« Avant, la mer avançait à une vitesse vertigineuse et le trou qui est en train d’être fermé était très béant, des sédiments de sable se sont déposés. L’épi-puits retient le sable et empêche les vagues e ronger la côte comme elles le faisaient avant. Ceux qui sont déjà venus ici savent que plusieurs choses ont disparu ici. Ces épis nous permettent de garder le sédiment de sable et ça protège les maisons qui sont à l’ouest », a indiqué Sol X-Ray, artiste de la chanson togolaise contacté sur les lieux par l’Agence de presse Afreepress.

Selon lui, si on multipliait ces puits, on allait avoir plus de sédiments et donc plus de terrain à la plage. « C’est une expérience qui est en train de marcher et nous voulons multiplier les épis. C’est une solution provisoire qui marche et seuls les Togolais peuvent se permettent de faire ces épis en cotisant sans compter sur l’extérieur », a-t-il précisé.

La construction de ces épis-puits n’a pas été la première idée mise en œuvre pour contrer l’avancée de la mer. D’après l’artiste, la protection avait commencé avec les sacs de sable qui ont été rapidement ravagés par les vagues. Même l’idée des épis-puits n’a pas été facile à être concrétisée. « Beaucoup de ciments, de digues sont partis dans cette histoire mais nous n’avons jamais baissé les bras. Il nous est arrivé de faire un travail, le lendemain on revient et on ne retrouve rien », a-t-il ajouté.

Selon les informations, tout est parti des idées d’un ingénieur ponts et chaussées du nom de Rass Eklou Naté qui avait commencé l’étude de la protection dans les années 1980 depuis Aného. Il a été appuyé par certaines associations de Togolais et des bonnes volontés pour mettre en œuvre cette idée que le gouvernement togolais a autorisée, selon Sol X-Ray.

Ce dimanche, se tient au Centre culturel Avoulété de Gbodjomé, un concert live dont les bénéfices seront reversés aux travaux de digues. Ce concert est organisé par Sol X-Ray et le Collectif « Sauvons le littoral du Togo ».

Telli K.
Afreepress

Togosite.com

LEAVE A REPLY