Togo: l’Eglise, dernier refuge des enfants affectés par le Sida

0

Caritas Togo soutient les orphelins et les enfants en situation de fragilité, touchés par le VIH/sida sur l’ensemble du territoire national.
À Kouvé, à environ 70 km au nord-est de Lomé, la capitale du Togo, Mme Adjovi, mère de cinq enfants dont deux séropositifs, aurait du mal à s’en sortir sans l’appui financier de l’Organisation de la charité pour un développement intégral (OCDI), liée à la Caritas au Togo. Les subsides versés par l’association l’aident à faire fonctionner son commerce.

Lire aussi : Le pasteur Chris Oyakhilome convie les chrétiens à la masturbation [Vidéo]

Grâce à ce financement, accordé dans le cadre du projet « Lumière et Vie » de la Caritas, elle peut « acheter et revendre des chaussures ». « Avec les revenus que je perçois », détaille cette veuve de 35 ans, contaminée par son ancien conjoint, « je peux pourvoir aux besoins de ma famille ».
Comme elle, plusieurs milliers de personnes bénéficient de l’aide de l’OCDI sous forme d’appui à une activité économique en vue de la prise en charge des enfants affectés par le sida ou porteurs de la maladie ou de soins de santé.

Plusieurs centres consacrés aux séropositifs

Le projet Lumière et Vie a pour objectif « la pérennisation de la qualité de la vie des orphelins et enfants vulnérables (OEV) infectés ou affectés par le VIH/sida », indique le secrétaire général de Caritas Togo, le père Benoît Hodanou. Pour cela, il existe plusieurs lieux  : les centres Saint Luigi Scrosoppi à Kouvé, SAR Afrique à Kara et « Vivre dans l’espérance » à Dapaong.

Ce programme vise à faciliter l’accès au service de prise en charge médicale et nutritionnelle, à réduire les troubles psycho-affectifs, à renforcer la capacité économique des familles d’accueil et à réduire les cas d’infection du VIH. Selon son coordinateur, le docteur Komla Kutowogbe, ce projet a permis de prendre en charge 1 776 enfants dans les trois centres, entre janvier et juin dernier.

Lire aussi : Cinq sujets dont il faut (absolument) discuter avant le mariage

Cette deuxième étape du projet Lumière et Vie (2017-2019) fait à la suite de la phase pilote qui a permis la prise en charge de 5 029 personnes vivant avec le VIH et 3 894 enfants, de 2014 à 2016.
« Avec les traitements et l’accompagnement psychologique que j’ai reçus au centre de Kouvé, je suis arrivée à accepter petit à petit mon statut sérologique et à en vivre mieux », confie Akossiwa, 28 ans.

Surmonter traumatismes et discriminations

Les patients ont en effet souvent du mal à accepter leur maladie, confirme le docteur Kutowogbe, mais ils recouvrent la confiance et suivent les traitements grâce à la méthode dite « boîte à mémoire », qui est une démarche d’accompagnement initiée par le Centre de recherche de Sinomlando en Afrique du Sud.
Adopté par Caritas Togo, cet outil permet d’aider les personnes infectées ou affectées

« à pouvoir vivre les diverses situations de traumatisme, de stigmatisation et de discrimination auxquelles elles sont confrontées de la part des membres de leurs familles et dans la société ».

Un accompagnement spirituel est aussi accordé aux bénéficiaires à travers des assemblées de prières, des célébrations eucharistiques, les journées des malades.
D’un coût global de 243 099 937 francs CFA, ce projet bénéficie du soutien de la Caritas Allemagne, de Kindermissionswerk et du Secours catholique-Caritas France.
Selon l’UNICEF, il y a 360 000 enfants orphelins toutes causes confondues en 2012 au Togo, dont 90 000 rendus orphelins par le sida.

Source : www.togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here