Togo : LE MONDE S’EFFRONDE SUR ME AYAOVI AGBOYIBO

373
« Quand on a fini le CPDC rénové, Agboyibo est venu me voir pour qu’on dénonce ce qu’on a fait » – Nicolas Lawson

La crise au Comité d’action pour le renouveau (CAR) a ouvert la voie à des révélations sur la personnalité de certains acteurs politiques dont Me Yawovi Agboyibo.

Dans une sortie sur une radio de la place, le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR), Nicolas Lawson est revenu sur des faits qui montrent que le président d’honneur du CAR n’a jamais mouillé le maillot pour l’alternance politique au Togo. Son passage à la Primature lui a permis de bloquer la mise en œuvre des réformes issues de l’Accord politique global (APG).

Les révélations sur les actes posés par le président-fondateur du Comité d’action pour le renouveau (CAR) dans la longue crise sociopolitique que connaît le Togo se succèdent. Dans notre parution N°2222 du 27 juin 2016, nous avons passé au peigne fin quelques unes de ses actions menées pour voler au secours du régime RPT/UNIR. Aujourd’hui, avec la crise qui secoue son parti et dont il est l’auteur principal, les langues se délient sur son hypocrisie politique.

La dernière sortie en date et qui conforte ceux qui estiment que le natif de Yoto a toujours roulé pour le régime est celle d’un homme politique. Nicolas Lawson, président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR), lors d’une intervention sur la radio Nana FM a donné sa version des actions entreprises par Me Yawovi Agboyibo pour aider Faure Gnassingbé à renvoyer l’adoption et la mise en œuvre des réformes aux calendes grecques.

Il nous souvient qu’en septembre 2006, l’actuel président d’honneur du CAR a été nommé à la Primature après avoir conduit les discussions ayant abouti à la signature de l’Accord politique global (APG) un mois plus tôt, soit le 20 août 2006. Ces réformes n’ont jamais été adoptées alors qu’il en avait la charge. Et pour cause, adopter et mettre en œuvre les réformes ne profiterait pas à son parti, ni à ceux pour qui il roule.

Tout a été donc fait pour que l’alternance tant souhaitée par les Togolais ne se réalise pas. C’est dans cette logique que président-fondateur aurait rencontré Nicolas Lawson afin que ce dernier participe à son entreprise qui visait à faire échouer les efforts des autres responsables politiques de l’opposition dont ceux de l’Union des forces de changement (UFC). « Je ne voulais pas le dire, mais il faut que je le dise pour que les gens comprennent. Quand on a fini le CPDC rénové, Yawovi Agboyibo est venu me voir à la maison pour me dire qu’il faudra qu’on dénonce ce qu’on a fait au CPDC rénové. Et je dis pourquoi ? Il dit que sinon, c’est l’ANC (Ndlr, à l’époque des faits l’UFC) qui va récolter tout le fruit. Je lui ai dit merde. Fous le camp, dégage de ma maison ! », a révélé le président du PRR.

Décidé à nuire à la lutte pour l’alternance et partant au peuple togolais, Me Yawovi Agboyibo a donc fait échouer la mise en œuvre des décisions du Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC). Il était Premier ministre et il lui revenait de mettre en œuvre les réformes. « Après, c’est son bonhomme, Me Dodzi Apévon qui me dit que c’est Me Agboyibo qui a décidé, pour saboter le travail du CPDC, et qu’il (le CAR) quitte le CPDC », a ajouté Nicolas Lawson.

Un nouveau front vient donc de s’ouvrir pour Me Yawovi Agboyibo. Va-t-il démentir ces révélations au risque de provoquer d’autres sorties médiatiques ? Demain nous le dira.

, Liberté

Togosite.com

LEAVE A REPLY