Togo: Le groupe des 6 fait recours à la CEDEAO pour les reformes

530

Tchassona-Traore, leader du MCD et membre du groupe des 6

Vendredi 17 Mars 2017 – Un regroupement de six partis politique de l’opposition togolaise, appelé le groupe des 6, demande à la Communauté Economique Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) d’aider le pays à faire les réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Les reformes souhaitées par le groupe des 6, permettront aux acteurs sociaux politiques d’opérer entre autres certains changements dans la Constitution Search Constitution en vue de redéfinir des règles consensuelles pour l’organisation des élections dans le pays, la durée du mandat présidentiel mais aussi asseoir une meilleure politique pour la décentralisation.

Le groupe des 6 a formulé cette doléance hier jeudi à Lomé à l’issue de sa rencontre avec Son Excellence Docteur Garba Lompo, l’ambassadeur permanent de la CEDEAO Search CEDEAO au Togo.
Pour cette démarche, Me Mohamed Tchassona-Traore, le président du parti MCD par ailleurs l’un des membres du groupe a déclaré qu’ils sont allés solliciter la CEDEAO Search CEDEAO pour qu’elle puisse « s’impliquer davantage dans la crise togolaise ». Des raisons de leur démarche vers l’ambassadeur de la CEDEAO Search CEDEAO et par-delà le président de la Commission de la Communauté, Tchassona-Traore a précisé que l’organisation ne peut être la et rester les bras croisés pour regarder les togolais.

De la nécessité pour que le Togo fassent des reformes en vue de mettre en œuvre une bonne pratique démocratique et se conformer aux normes internationales, le président du MCD a fait observer que « Le Togo ne peut pas continuer à vivre en autarcie comme s’il était une ile ».
A sa suite, Me Dodji Apévon du parti les FDR a déclaré que l’ambassadeur permanent de la CEDEAO Search CEDEAO a prêté une oreille attentive à la requête présenté par le groupe des 6 et a promis en retour de rendre compte au président de la Commission de la Communauté.
A en croire Apévon, l’organisation sous régionale trouve qu’il est n’est pas « normal que le problème de la limitation des mandats ne soit pas réglé dans les pays de la CEDEAO, que le problème du mode de scrutin ne soit pas réglé.
Enfin, en ce qui concerne les tractations pour les reformes au Togo, rappelons que la Commission mise en place par le gouvernement a récemment rencontré un certain nombre de partis politiques. Parmi les partis rencontrés, l’ANC et le CAR ont estimé qu’il n’y a plus lieu d’engager autres discussions sur les reformes autres que celles prescrites par l’Accord politique global. 
Mensah, Lomé

Koaci.com