Togo : Le fonctionnement du CHU Sylvanus Olympio mis à nu par son Directeur général

972

Il y a quelques jours, une organisation de défense des droits de l’homme signalait au ministre de la Santé et de la protection sociale, la mort d’une patiente au Centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio (CHU SO), le plus grand centre de santé public au Togo, du fait de la négligence d’un médecin et de ses collaborateurs.

Cette négligence dont font preuve le personnel de ce CHU est confirmée ce vendredi par le Directeur général dudit centre, le colonel Wiyoou Adom Kpao. Mieux, dans la parution du jour du bi-hebdo L’Alternative, le premier responsable de cet hôpital met à nu le système de vols et de détournements de produits et de patients qui fonctionne dans tous les services du CHU.

Selon M. Kpao, le mal de cet hôpital, ce sont les mentalités. « De tous les agents, à peine 2 sur 10 sont intègres », a-t-il dénoncé.

Ce mauvais fonctionnement du CHU SO, selon lui est soutenu autant par les chefs de service accusés par leur chef de « négligence », d’ « absentéisme » et de « détournement de malades » pour leur propre compte que par les agents subalternes, qui s’emploient dans le vol des produits pharmaceutiques et autres.

« Si j’avais la possibilité de renvoyer des gens ici, je commencerais par  les professeurs. Mais héla ! je n’ai pas cette possibilité. Si tu cherches le chef de service, on te dira qu’il est à l’université. Tu iras vérifier ? », a-t-il déclaré.

Au service du transport routier, plus de 50% des certificats de vision provenant du CHU SO sont délivrés par des agents qui empochent eux-mêmes les sous. Les agents ont eux-mêmes des facturiers dans leurs bureaux, a ajouté le colonel.

On pointe également du doigt des détournements de matériels.  Selon le Directeur général du CHU, la quantité de matériels acquis et déclarés est toujours différente de celle utilisée finalement pour les patients. A titre d’exemple, il dit avoir constaté que de 210 cartons de papiers rames et de cartouches d’encre acquis, au contrôle, 104 cartons de papiers rames et 44 cartouches d’encre ont disparu.

Cela se passe dans tous les services, aussi bien à la pharmacie où on crée des pénuries de médicaments pour rediriger les patients vers des cliniques privées.  Les anesthésistes refusent de travailler pendant plusieurs jours, note-t-il.

A la pédiatrie,   il a décrié une inorganisation des chefs de service jusqu’au dernier agent. « Je suis allé deux fois au tribunal à cause de la pédiatrie. Les infirmiers s’absentent et se font remplacer par des amis qui ont été formés sur le tas et qui administrent des traitements inadéquats qui parfois causent la mort des enfants », a-t-il déploré.

Au même service, 60% des prestations ne figurent pas dans les documents comptables du CHU.

Pour résorber les vols de produits, les anciens agents de sécurité ont été tout simplement remplacés par ceux d’une agence de sécurité privée depuis le début du mois de juin. Les découvertes confirment les reproches faits par le directeur général du CHU SO : des fouilles des agents du personnel, plusieurs produits ont été saisis.

Telli K.

Afreepress

 

Togosite.com

LEAVE A REPLY