Togo : Le développement à la base à géométrie variable de Victoire Tomégah-Dogbé à Badougbé, son village natal…

500

Victoire Dogbé ou le grand symbole de la minorité pillarde de Faure. La DC de la Présidence, nargue ses voisins à Badougbé

La réalité de l’enrichissement illicite et de la mauvaise répartition des richesses du pays s’illustre  dans les habitudes quotidiennes des personnalités qui dirigent le Togo. Le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé en a eu marre lorsqu’il a dénoncé dans son discours cette propension d’une minorité ( y compris lui-même, ndlr ) à s’accaparer des richesses du Togo alors que la majorité manque du minimum vital et  meurt de faim. Ce discours est d’autant illustratif de la réalité qu’il est autorisé de rentrer dans les secrets des autorités togolaises composant cette minorité pour donner raison au Président et l’« aider » à combattre le phénomène de la gouvernance ‘’minogène’’.

Togo : Le développement à la base à géométrie variable de Victoire Tomégah-Dogbé à Badougbé, son village natal…

Aujourd’hui, c’est à Badougbé, village d’origine de la Directrice de cabinet de la Présidence que nous descendons, après Défalé, fief de l’ex-ministre de l’économie et des finances.  Le constant est révoltant. A côté d’un château brillant étendu sur le lac appartenant à Victoire Simédého Marie-Noëlle Dzidudu Tomégah Dogbé, en court Victoire Dogbé, ou ne réside que des bestioles et insectes de tout acabit, le quotidien est difficilement vivable à 50m, dans le voisinage immédiat, ou les hommes vivent dans d’extrême pauvreté : Taudis, eau trouble, sans soin et sans le minimum. Voilà pourquoi et comment Faure Gnassingbé a raison.

Toutes nos investigations n’ont pas pu évaluer les dépenses liées aux obsèques du père de la Directrice de cabinet de la Présidence de la république togolaise. Mais la démonstration de force a été effarante, au point où les pauvres ont ressenti une profonde pitié en eux, d’être nés pauvres dans un pays où, ils sont condamné à subir l’arrogance imméritée de riches personnes qui s’enrichissent sur le dos des autres : La minorité.

Lors des obsèques dignes de la Directrice de cabinet de la Présidence donc, les voies qui étaient interdites en raison de la construction de l’avenue de la victoire ont été ouvertes, avec à la clé, une installation d’éclairage électrique de circonstance sur tout le tronçon : « Nous les pauvres, nous étions interdits de passage, malgré le fait que nous avions nos maisons dans la rue… » s’est plaint un voisin qui a souffert le jour là avant de se rendre à son domicile.

Nous étions au quartier Tokoin Protestant. Les festivités qui ont marqué les obsèques de papa Tomegah étaient bien huilées… bref, lorsqu’on fait partie de la minorité qui pille, on a le droit…

Maintenant, fermons la parenthèse de Lomé déferler  au cœur du domicile privé de la haute personnalité de l’Etat à Badougbé. Préfecture de Vo sur la route d’Aného. C’était un gros risque, puisque la voie accessible la plus rapide était celle de la traversée du lac. Les embarcations de fortune, pour une activité qui devrait être promue et modernisée en raison de la présence de celle qui est presque le numéro deux du Togo : Directrice de cabinet de la Présidence, Ministre du Développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, très proche du Chef de l’Etat, mieux sa maman, puisque, d’après les informations, c’est elle qui prend mieux soin de l’enfant président de Sabine Mensah, mère du Chef de l’Etat.

La Ministre, c’est Victoire Sidémého Dogbé Tomegah. Toute puissante dame, membre de plusieurs  gouvernements depuis l’accession de Faure Gnassingbé à la Présidence Togolaise.

Nous avions payé 500FCFA, moins d’un Euro, pour faire la traversée de la découverte du village de celle qui revendique le Vo. On a compris pourquoi, il a toujours fallu mener une fraude subtile pour que cette préfecture puisse grignoter des voix aux différentes élections. La seule attraction dans le village est le domicile privée de Victoire Dogbé. Vaste sur plusieurs lots, élargi sur le lac avec des portails de Babylone, le domicile dans le contexte de Badougbé devrait être donc un château.

Plusieurs chambres luxueusement décorées,  une place des fêtes qui accueille la ministre et ses collègues, souvent la nuit dans des fêtes improvisées. Le reste, du premier voisin situé à 50 m environ du domicile cossu, au village de Badougbé, c’est la désolation.

Les personnes que nous avons interrogées sur la contribution de la DC au développement du village n’ont pu exprimer une certaine admiration, ni satisfaction sur les actions de celle qu’on voit revendiquer sur les médias, le développement à la base : «  Moi, j’ai l’impression qu’elle est de ce village par défaut… on l’a voit passer, aller dans son château pour revenir traverser le village, le village ne bénéficie rien, mais ce qu’on sait est qu’elle prend bien soin de ses frères et sœurs, ils sont devenus très riches et arrogants, le village est le dernier de leurs soucis » nous a déclaré un habitant révolté de Badougbé.

La preuve de cette assertion est tangible. Nous, autres, dans notre curiosité et humilité avons approché les pauvres les plus proches. Des constructions en terre rouge, très fragiles, toilettes à ciel ouvert, conditions de vie difficiles, des habitats de fortune pour ces hommes. Nous n’avons pas pu percer le secret du différend qui oppose ces voisins à la ministre pour qu’elle ne cherche pas à leur porter la petite aide pour les sortir de la pauvreté : « nous ne lui demandons rien de spécial. La charité bien ordonnée commence par soi-même, il faudrait que le chef de l’Etat soit content d’elle, le jour où il choisira de venir lui rendre une visite normale et publique… »  nous a confié avec amertume un enseignant de la localité.

Pourtant Victoire Dogbé de façon officielle ou privée est capable de sortir ce village de la situation de pauvreté.

Togo : Le développement à la base à géométrie variable de Victoire Tomégah-Dogbé à Badougbé, son village natal…

Elle est au cœur de l’argent liquide. Des milliards de FCFA des partenaires pour ses multiples projets à consonance et résonnance « sef », le projet de micro finance, l’autre éléphant blanc dénommé Fonds national de finance inclusive, FNFI,  les milliards pour le développement à la base et l’artisanat, le budget pour la jeunesse et l’emploi des jeunes, bref, d’après les confidences profitent plus à Victoire Dogbé et à ses frères et sœurs qui mènent à travers Lomé une vie de Mamamouchi.

Au gouvernement, beaucoup s’étonnent de l’ingérence et de l’interférence de la ministre du développement à la base et beaucoup dans l’opinion ne comprennent pas pourquoi malgré tout çà, son fief reste abandonné, sans attraction particulière. Ou bien les observateurs ont tort de penser ainsi, ou bien ce sont les villageois qui sont ingrats et ne veulent pas reconnaître la vérité ou encore c’est la ministre qui ne veut pas contribuer au développement à la base de son village.

La qualité et le devoir d’un homme politique est de faire profiter à sa localité sa position financière ou politique. C’est le cas de Yamoussokro et plusieurs villes ivoiriennes, de Porto novo au Bénin, de Masseda, Womé, au Togo ou certains fils décident d’améliorer les conditions d’existence de leurs co-voisinages.

Le cas de victoire Dogbé est assez énigmatique à tel point que nos enquêtes sont finalement tombées sur une réalité qui suscite à ce jour des questionnements et des débats.

Dans l’intervalle de 50m qui sépare le domicile de dame victoire DOGBE et ses voisins pauvres, notre équipe d’enquête a découvert une marmite décorée aux couleurs noir blanc rouge, des couleurs qui ne sont pas innocentes en pratiques vodous.

Cette portion de terre derrière la maison de la ministre reconnue comme chrétienne fervente, serait sacrée et interdite d’accès à certaines heures de la nuit. Les voisins interrogés ne connaissent pas le propriétaire et ne le seraient pas. Un constat journalistique qui nous amène à revenir sur les réalités des pratiques sataniques faites par les hommes politiques. Les villageois les plus initiés présentent la marmite comme magique ou enchantée qui a beaucoup de vertus.

Le voyage de Badougbé a permis à la rédaction de l’Indépendant Express de situer l’opinion sur les contrastes socioéconomiques au Togo, où de façon insolente, certains s’enrichissent sans vouloir permettre la répartition des richesses nationales sur les autres citoyens

Une injustice qui est au centre des conflits, des dissensions et de la révolte qui empoisonnent la situation socio politique au Togo. Une situation qui ne présente par tous les citoyens comme méritants des richesses du pays. Le Chef de l’Etat a promis créé cet écart entre les citoyens d’une même nation.

Pourvu qu’il ai les mains libres, puisque dans l’opposition à son projet, se trouvent des rapaces dans son propre entourage, en commençant par dame Victoire Dogbé, Directrice de cabinet et femme à tout faire.  L’injustice et l’impunité engendrent la révolte et le conflit.

La nuit est tombée sur Badougbé…nous devons faire la traversée en pirogue au sens retour pour revenir à la rédaction. Les discussions sont intéressantes dans notre embarcations : Le sexe, le vodou, le travail des piroguiers, les crabes étaient au menu, pour camoufler la peur de ce voir conduire par une simple rame sur un lac profond de plus de 10 mètres. Le risque est grand, mais ce sont les besoins de l’enquête.

Nous sommes repartis, Badougbé reste le village qui devrait avoir tout, mais qui n’a rien. Difficile de comprendre ce contraste.

Source : Carlos Ketohou, L’Indépendant Express No. 385 du  04 octobre 2016

27Avril.com

2 COMMENTS

  1. Bsr d’après moi il ya quelques chose qui se cache derrière tous dits puisque l’humain est toujours humains lorsqu’il n’est pas agressé dc voyons bien la situation présente……

  2. Thanks for making the effort to go over this particular, Personally i think highly about this as well as adore understanding more on this topic. If at all possible, as you gain knowledge, would you mind updating your blog with more info? It is very helpful for me personally.

LEAVE A REPLY