Togo:« La gestion des fonds pour la rénovation des biens immobiliers en France est à l’image de ce qui ce fait au Togo»

164

La gestion des biens publics au Togo se fait souvent dans une opacité terrifiante sur fond de détournement. Malheureusement, ceux qui sont aux affaires et leurs protégés exportent ces pratiques répréhensibles au-delà des frontières. Cette fois-ci c’est la gestion faite du patrimoine togolais en France qui laisse désirer. Des magouilles sont organisées autour de la rénovation de certains immeubles.

« La gestion des fonds pour la rénovation des biens immobiliers en France est à l’image de ce qui ce fait au Togo». Cette affirmation d’un Togolais résidant dans l’hexagone est symptomatique de la situation qui prévaut par rapport à la gestion des biens appartenant à l’Etat Togolais dans ce pays. Les fonctionnaires de l’Ambassade du Togo en France sont souvent mis en cause. Ces derniers temps, on évoque le cas du payeur de cette ambassade qui est accusé de mauvaise gestion.

Il nous revient que le sieur Nika Komla Benoît, payeur à l’ambassade, est l’un des protégés d’un ancien ministre de l’Economie et des Finances, qui l’aurait d’ailleurs placé au sein de la représentation diplomatique du Togo en France. Selon nos informations, la passations des marchés pour les travaux ne respectent aucune orthodoxie en la matière. Il se permet d’attribuer des marchés à une entreprise dont le siège social se trouve dans un pays de l’Europe de l’Est sans respecter les procédures d’attribution.

Plus grave, l’entreprise en question fait en retour appel à une main d’œuvre non-qualifiée et mal payée Résultante, les travaux sont bâclés, occasionnant de fait des surcoûts à la charge de l’Etat togolais. Pour rénover les immeubles, le protégé de l’ancien ministre attribue gré à gré le marché à la même entreprise, où travaillerait également sa femme. L’exemple de la rénovation d’immeuble sis au 24 Avenue du Maréchal Maunoury Paris 16èmeen est une illustration. Bien que le sieur Nika Komla Benoît soit affecté pour un autre pays depuis avril 2016, il refuserait de quitter son poste, avec la bénédiction de son protecteur.

Shalom A, Liberté

Togosite.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here