Togo : Kossi Aboka et Koffi Mélébou recommencent leurs âneries à la Préfecture du Golfe

862

Kossi Aboka et Koffi Mélébou, c’est Tom and Jerry. Il ne passe de jour où à la préfecture du Golfe, le Préfet et le président de la Délégation spéciale ne s’offrent en spectacles affligeant et attentatoires à leurs fonctions.

Togo : Kossi Aboka et Koffi Mélébou recommencent leurs âneries à la Préfecture du Golfe

Les frasques sont devenus presque un fait banal, tant il n’existe personne au sommet de l’Etat pour les rappeler à l’ordre ou les démettre de leurs postes. Conflits de personnes sur fond de tribalisme ambiant, guerre des réseaux pour le contrôle des prébendes qui servent à graisser les pâtes de l’autorité de tutelle, tels sont les actes à mettre au profit de ces deux lascars, tous membres du parti UNIR .

Dans cette guerre, des mariages en cours de célébration ont été annulés, des cimetières qui rapportent des recettes vandalisés. Même les morts pâtissent de leurs frasques et dérives. Après quelques semaines de répits suite aux dénonciations de la presse, les vieux démons semblent de retour, et c’est toute la préfecture qui est enrhumée..

Tout est parti d’une affectation du chef personnel de la Préfecture, M. Anakpan Datagni, un proche de Koffi Mélébou par le président de la Délégation spéciale Kossi Aboka. C’est la provocation de trop. Piqué par une colère indescriptible Mélébou a son tour prend une décision de radiation de huit (08) agents tous proches de Kossi Aboka accusés de détenir de faux diplômes. « Les agents dont les noms suivent sont radiés de la liste des agents de la PG par décision N 02/2016/PG du 31 mai 2016 pour détention de faux diplômes », pouvait-on lire dans le communiqué rendu public et qui porte la signature du préfet du Golfe, Koffi Melebou. Aussi curieux que cela puisse paraître, en publiant la liste des faux diplômés connus de tous depuis des lustres à la préfecture, le tout-puissant préfet a pris soin d’extraire le nom de sa belle-sœur tout aussi faussaire que les autres en service à l’Etat civil d’Agoe. Manifestement un règlement de comptes.

Koffi Mélébou dans ses gaffes ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Il a confisqué les voitures personnelles des agents radiés, dégonflé les pneus et fait emprisonner un chauffeur qu’il accuse d’avoir aidé le sieur Dzanyi Yaovi Sédina à échapper aux forces de l’ordre venues l’arrêter. Si dans les faits, le préfet a le droit de suspendre les agents incriminés, il n’a par contre pas le pouvoir de les radier. Cette prérogative revient au ministre de la Fonction publique une fois que les faussaires ont été définitivement reconnus coupables.

Dans quelle République digne de ce nom un préfet, représentant du pouvoir central peut-il s’arroger le droit de radier de la Fonction publique des agents faussaires ? Cela fait plusieurs années que les sieurs Kossi Aboka et Koffi Mélébou se mènent une guerre sans merci pour le contrôle des prébendes. Des frasques au vu et au su de tout le monde que personne n’arrive à régler, même Faure Gnassingbé qui, visiblement, prend plaisir à apprécier ce spectacle qui foule aux pieds les valeurs et principes élémentaires qui fondent une République digne de ce nom. Kossi Aboka et Koffi Mélébou, le feuilleton continue.

Source : Ferdi-Nando, L’Alternative

27Avril.com

LEAVE A REPLY