Togo : Fin du colloque de CAP 2015, déclaration de Lomé

151

Fabre saluant des membres du CAP 2015

Jeudi 13 Octobre 2016 – Le colloque organisé par le Combat pour l’alternance politique (CAP) 2015 au Togo est arrivé à son terme hier mercredi 11 octobre 2016 par une déclaration dite de Lomé.

Le colloque a été organisé par quatre partis de l’opposition togolaise, Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) et Union pour la Démocratie et la Solidarité-Togo (UDS-TOGO), regroupés au sein de la coalition CAP 2015.

Après des constats qui résultent d’une difficile marche de la démocratie dans certains pays africains et les échanges qui ont porté sur l’alternance au pouvoir à travers l’organisation d’élections libres, transparentes et équitables, dans les pays africains et singulièrement au Togo, le colloque a proposé des pistes pour une meilleure marche.

Au regard de la détermination de la jeunesse et des femmes africaines qui ont engagé avec succès une lutte pour mettre fin à la dictature, au péril de leurs vies, et ouvrir la voie à l’alternance démocratique, le colloque a formulé quelques directives devant faire éclore l’attente pour une démocratie libre et prospère. A cet effet, le colloque

1) encourage vivement les forces vives des nations africaines à poursuivre sans relâche leur noble combat libérateur ;

2) appelle les acteurs politiques africains, la société civile notamment les confessions religieuses à tout mettre en œuvre pour éviter que des hommes ou des femmes sans aucune légitimité, s’accrochent au pouvoir, comme c’est souvent le cas sur le continent ;

3) appelle en particulier la jeunesse et les femmes du continent à demeurer vigilantes et constamment mobilisées pour mettre fin aux régimes despotiques et corrompus qui régentent les pays africains ;

4) invite instamment les gouvernements des pays africains concernés, à se ressaisir et à prendre en considération les aspirations profondes de leurs peuples respectifs, pour engager résolument les réformes politiques et électorales nécessaires à l’instauration de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance, gages de paix, de développement harmonieux et de bien-être social

5) demande à la communauté internationale dans son ensemble d’être plus rigoureuse, plus exigeante et plus ferme dans les accompagnements qu’elle apporte aux pays africains, en vue de la mise œuvre des réformes nécessaires à l’organisation d’élections justes et transparentes, de la promotion de l’éthique républicaine et de l’enracinement de la culture démocratique ».

Mensah, Lomé

– Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou [email protected]

Koaci.com