Togo : Evala / un abattage à grande échelle de chien

703
A compter de vendredi prochain et ce, jusqu’au 17 juillet, les empoignades se dérouleront dans les arènes de la préfecture de la Kozah. De jeunes Kabyè qui ont commencé à connaître la douceur féminine avant l’heure devront se mesurer pour obtenir leur ticket vers la maturité . Même les jeunes filles qui maîtrisent déjà l’art de grimper au rideau, subiront les rites des Akpema. Mais de tous ceux qui se transporteront dans la préfecture, ce ne sont pas les bipèdes dont le sort nous inquiète, mais bien certains quadrupèdes.

Qui dit Evala, dit viande du meilleur compagnon de l’homme. Même s’ils sont connus comme les meilleurs animaux de compagnie de l’homme, quand viennent les luttes Evala, ils sont les premiers et les seuls à payer de leur vie la faute qui voudrait qu’ils soient désignés comme l’animal de cérémonie pour les Evala. Et durant deux semaines, un abattage à grande échelle se déroulera dans la Kozah. Il nous est même revenu que lors d’une de ces cérémonies, 130 millions de FCFA auraient été décaissés pour acquérir ces quadrupèdes.

Catherine Deneuve où es-tu, toi qui dit défendre la cause des animaux, surtout que le chien est plus proche de l’homme ? Il nous souvient que pour un seul lion abattu dans un pays d’Afrique, le monde s’était mobilisé. Mais ici, il s’agit de milliers de chiens qui vont passer à la casserole. On apprend que si hier, des populations d’autres régions du Togo faisaient la fine bouche et refusaient d’en consommer au cours de la fête, aujourd’hui nombreux sont ces mêmes Togolais qui disputent cette chair aux autochtones. La colonisation alimentaire est passée par là entre temps. Mais nous osons croire que si même tous les chiens du pays devraient passer à la casserole, il y en a deux qui résisteront.

Souvenez-vous, l’Azerbaïdjan a offert deux chiens au Togo pour l’aider dans la détection des drogues dans les bagages. Lors de la réception des deux canidés, les médias publics avaient été sollicités pour couvrir l’évènement. Il est vrai que tous ceux qui prennent l’avion à l’aéroport international Gnassingbé Eyadema n’ont jamais rapporté avoir aperçu les deux cadeaux antidrogues, mais ça ne ferait pas sérieux qu’au cours des Evala, on apprenne que pour des raisons d’âge avancé ou de santé défaillante, les chiens azerbaïdjanais sont aussi passés à la casserole.

Avec le phénomène de prolifération de la drogue, il serait sage qu’au cas où des envies de miam-miam prendraient certains et qu’ils voudraient jeter leur dévolu sur ces deux chiens de nationalité étrangère, qu’ils adressent à l’Azerbaïdjan une demande d’autorisation de les consommer avant tout. C’est aussi une manière d’entretenir les relations d’amitié et de coopération, entre les deux pays.

Source : Liberté

Togosite.com

LEAVE A REPLY