Togo, Éligibilité au Programme Compact du MCA : Cina Lawson et Payadowa Boukpessi sabotent les efforts de leur propre gouvernement !

415

Lentement mais sûrement, le Togo se rapproche du programme Seuil du Millenium challenge account. Et si tout va bien, entre 30 et 35 millions de dollars seront affectés à deux projets de réformes. Mais l’objectif recherché reste et demeure l’atteinte du programme Compact pouvant rapporter jusqu’à 600 millions de dollars au Togo. Pour y parvenir, le pays doit faire des efforts tout en maintenant le cap dans certains domaines. Malheureusement, deux ministres risquent de saper les « efforts » du gouvernement : Cina Lawson des Postes et de l’Economie Numérique, et Payadowa Boukpessi de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales.

Togo, Éligibilité au Programme Compact du MCA : Cina Lawson et Payadowa Boukpessi sabotent les efforts de leur propre gouvernement !

Et si les ennemis du Togo étaient au sein du gouvernement lui-même ? Le 28 août dernier, la cellule du Millenium challenge account (MCA) réunissait les patrons de presse pour leur expliquer les avantages que le pays pourrait tirer de son éligibilité future au Compact du Millenium challenge corporation. De la présentation du MCC, du MCA, des critères d’éligibilité, des indicateurs et cartes de scores à l’approche stratégique de dialogue entre acteurs, pour une garantie de la liberté de la presse au Togo, tout a été dit jusqu’aux perspectives et actions impliquant les patrons de presse. Le dernier module a porté sur le point sur le processus de formulation du Programme Threshold (Seuil) pour le Togo et là, il est apparu que les projets de réformes foncières pour accélérer la productivité et dans les technologies de l’information et de la communication sont ceux qui sont retenus pour absorber le montant qu’allouera le MCC au Togo. Mais les derniers évènements risquent de compromettre les efforts de la cellule.

En effet, la liberté économique, la bonne gouvernance et l’investissement humain sont les trois domaines dans lesquels les pays sont notés, et les derniers scores plaident en faveur du Togo. Mais du fait de manifestations des citoyens réclamant plus d’espace de liberté, la connexion internet, outil devenu indispensable dans le monde, a été coupée au Togo pendant 5 jours. Alors que le score du Togo en matière de liberté de l’information était presqu’au niveau de la moyenne et que l’objectif était de maintenir le cap.

L’autre mauvaise nouvelle a été rendue publique dans notre parution d’hier. Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales se propose de restreindre le droit à la manifestation des populations consacré par la loi dite « Bodjona ». Plus concrètement, le projet de loi qu’il se propose d’introduire en conseil des ministres cherche à interdire, entre autres, toute manifestation de quelque nature que ce soit à trente jours d’un « évènement important », et quinze jours après sa tenue! Alors que dans la dernière notation, le critère « Effectivité de la gouvernance » était déjà au rouge. Quant au critère « Politique commerciale », son score n’est pas encore connu, mais avec la coupure de la connexion internet pendant autant de jours, non pas pour cause d’une panne, mais juste pour empêcher les abonnés de communiquer entre eux, il n’est pas sûr que la côte du Togo remonte de suite. Soit dit en passant, les scores obtenus à un moment donné doivent être consolidés sur une certaine période, histoire pour le MCC de vérifier que les progrès ne sont pas éphémères, mais réels.

Ainsi, à cause du ras-le-bol d’une bonne partie de la population, des ministres n’ont pas hésité à saper les efforts de la cellule MCA qui tente par tous les moyens de faire progresser le pays sur la carte des scores. Et quand on regarde de plus près, ils se nomment Cina Lawson, Payadowa Boukpessi et Gilbert Bawara. Ce dernier a mis des impératifs sécuritaires au devant pour justifier la coupure de la connexion ; certainement qu’il n’a que faire d’une éligibilité ou d’un échec du Togo au programme Compact du MCA.  Au final, il apparaît qu’au sein du gouvernement, de nombreux ministres rament à contre courant de l’objectif assigné au Coordonnateur du MCA, Stanislas Bamouni Baba.

Si la cellule a estimé urgent de requérir l’accompagnement des médias dans l’atteinte de ses objectifs, il devient encore plus urgent qu’elle se tourne vers certains membres du gouvernement actuel. Autrement, le pays risque de voir se volatiliser tous les bons qualitatifs qu’il a eu à réaliser dans sa quête du saint graal.

Godson K.

Source : Liberté No.2516 du 14 septembre 2017

27Avril.com