Togo : Des soldats togolais meurent au Mali, Faure Gnassingbé, le roi des NTIC, tweete ses condoléances

274
Faure Gnassingbé est présenté comme très proche des Forces armées togolaises (FAT), les aimant à mourir et étant à leurs petits soins. Leurs relations sont décrites comme raffermies et l’homme n’hésite pas à leur faire des clins d’œil permanents. Mais il est permis de remettre cet amour allégué en question.

On se demande s’il est vraiment sincère, avec son attitude la survenue de la mort des cinq casques bleus togolais au Mali ce dimanche. Pendant que les réactions affluaient de par le monde, son Gouvernement a attendu plus de 24 heures après pour présenter ses compassions aux familles éplorées et lui, a choisi…Twitter pour le faire.

Promptes réactions des autorités onusiennes

Les Forces armées togolaises (FAT) sont en deuil depuis ce dimanche, avec le décès de cinq (05) de leurs éléments, en mission au Mali dans le cadre de la MINUSMA, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali. Tombés dans une embuscade tendue à leur convoi à 30 km à l’ouest de la ville de Sévaré dans la région de Mopti, ils ont trouvé la mort et un autre a été grièvement blessé.

Depuis ce dimanche aux alentours de 11 heures où l’attaque s’est produite et a été confirmée par les sources onusiennes, l’information tournait en boucle sur les médias internationaux. Elle était systématiquement reprise par les médias du monde, de Jeune Afrique à Europe1 en passant par L’express. Les réactions de compassion n’ont pas tardé à affluer. C’est promptement que les responsables de la Mission et des Nations Unies ont réagi au deuil pour compatir à la douleur des familles éplorées, à travers un communiqué. La MINUSMA a condamné fermement l’attentat.

Mahamat Saleh Annadif, le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et chef de la MINUSMA, a condamné déjà ce dimanche l’attentat qu’il a qualifié d’ « acte odieux de terrorisme ». « Je condamne avec la plus grande vigueur ce crime abject qui s’ajoute aux autres actes terroristes qui ont ciblé nos soldats de la paix et qui constituent des crimes contre l’humanité au regard du droit international », a-t-il déclaré, ajoutant que « cet acte odieux de terrorisme est d’autant plus révoltant qu’il a été perpétré durant la journée internationale des Casques bleus ».

Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-Moon « présente ses sincères condoléances aux familles des cinq Casques bleus qui sont morts pour la cause de la paix, ainsi qu’au gouvernement et au peuple du Togo », indique le communiqué, et « appelle à une action rapide pour traduire les auteurs de ce crime devant la justice ».

Plus de 24 heures après pour le Gouvernement togolais

Ce sont des Casques bleus qui ont été tués. Mais avant de l’être, ils sont militaires togolais, fils du Togo, en mission de maintien de la paix au nom du pays. Et les autorités togolaises devraient se sentir concernées au premier chef. Faut-il le rappeler, c’est depuis 11 heures que l’attentat s’est produit ce dimanche. Sans doute que l’Exécutif togolais a été instamment informé du drame subi par ses fils, aussitôt que l’identification des victimes ainsi que de leur nationalité terminée, et sans doute avant même que la Mission ne rende public son communiqué. Mais c’est seulement le lundi, soit 24 heures après les événements et les réactions à la pelle des autorités onusiennes que le Gouvernement du Togo a officiellement réagi. C’est notamment au cours du journal de 20 heures que le commun des citoyens a eu écho du communiqué pondu à cet effet par l’Exécutif qui a tenu à présenter ses « sincères condoléances » aux familles éplorées.

« Le président de la République, le gouvernement et le peuple tout entier, profondément émus et attristés, expriment leur profond respect pour le sacrifice de ces soldats tombés au service de la paix. Ils adressent leurs sincères condoléances aux familles éplorées, ainsi qu’à leurs proches. Ils les assurent de la pleine solidarité de la nation en ces douloureuses circonstances », indique le communiqué qui relève au passage que le chef de l’Etat et le gouvernement « restent attentifs au sort de tous les membres du contingent togolais dont l’engagement, le sérieux et l’exemplarité font honneur à la patrie ». Toujours à en croire le texte, le Prince « salue le courage et la ténacité des hommes et des femmes des Forces Armées Togolaises qui poursuivent leur mission aux côtés de l’armée malienne et des autres forces des Nations Unies pour ramener la paix et la stabilité au Mali ».

Faure choisit…Twitter à un message solennel

C’est un deuil qui frappe le Togo. Ces fils décédés étaient en mission pour le pays et méritaient tous la compassion et les honneurs des autorités, à commencer par Faure Gnassingbé. Non seulement c’est lui le locataire du Palais de la Marina, mais en plus c’est lui le ministre de la Défense, l’autorité directe de ces militaires, et en plus Chef suprême des armées ! A ces titres, c’est une obligation pour lui de réagir convenablement à ce drame. C’est une question de responsabilité.

En plus, il est présenté comme le Papa Bonheur des FAT, le seul qui les aime et veille à leur bien-être. Salaires tombant régulièrement, avantages et gestes de générosité tous azimuts concédés, officiers des FAT parachutés à des postes juteux, augmentation discrète des traitements mensuels, structures connexes dont une mutuelle spéciale pour les corps habillés afin de leur faciliter la vie…il semble en tout cas à leurs petits soins.

La norme et les commodités républicaines auraient voulu que Faure Gnassingbé s’adresse solennellement au peuple togolais et particulièrement aux familles éplorées, à travers un discours télévisé spécial. Mais l’intéressé ne l’a pas jugé ainsi. Ah on oubliait, il était en mode chinois chez Xi-Jinping. Mais c’est loin d’être une excuse. On l’a vu à plusieurs reprises avec les grands dirigeants du monde qui, même en voyage, à la survenue d’un drame frappant leur pays, font une allocution spéciale pour la circonstance retransmise dans leur pays. Certains rentrent même immédiatement pour pouvoir gérer la situation. Au nom de l’amour proclamé pour les corps habillés, Faure Gnassingbé ne pouvait-il pas écourter son séjour pékinois et rentrer au pays pour consoler les familles éplorées de ces cinq bien-aimés ?

C’est peut-être trop lui demander. Le ministre de la Défense et Chef suprême des armées a choisi…Twitter pour le faire. « C’est avec grande tristesse et une forte émotion que j’ai appris le décès de nos vaillants soldats au Mali. Je présente, au nom de la Nation tout entière et en mon nom propre, nos condoléances à leurs familles ainsi qu’aux Forces armées togolaises. Puisse le Miséricordieux accorder le repos éternel à leurs âmes, à la hauteur de leur sens du devoir et du sacrifice au service de la paix », a-t-il posté. Waouh, quel signe d’amour ! Est-on tenté de s’écrier.

Ne nous demandez surtout pas combien de Togolais sont sur Twitter et ont pu voir ce message de leur champion. Dieu sait si un seul membre des familles de ces pauvres militaires tués, généralement de simples hommes de rang envoyés au front, est sur ce réseau social réservé beaucoup plus aux hommes d’en-haut. « Combien de Togolais sont-ils sur Twitter pour que le chef de l’Etat choisisse ce canal pour soi-disant compatir à la douleur des familles éplorées ??? Il pouvait le faire encore sur Facebook ou même Whatsapp que ce serait mieux, parce qu’ils sont les plus utilisés de nos jours par la masse. Twitter est plus réservé à l’élite, aux dirigeants du monde, aux stars, entre autres. Aucune intention de méprise, mais Dieu sait si un seul membre de ces familles éplorées a la chance d’avoir un téléphone android et faire de l’Internet jusqu’à ouvrir un compte sur Twitter (…) », déplore un confrère. Que voulez-vous, c’est Faure ! Il est président de la République pour la communauté internationale !

Liberté

Togosite.com

LEAVE A REPLY