Togo, Chefferie conflictuelle à Adangbé dans le Zio : Payadowa Boukpessi impose Sobo Komivi Ekla, un membre d’UNIR contre l’avis des populations

865

Le samedi 12 juin 2016, les chefs traditionnels manipulés par le pouvoir ont manifesté pour remercier le chef de l’Etat d’avoir érigé la localité d’Agoè-Nyivé en préfecture. Cette manipulation de la chefferie traditionnelle à des fins politiques est de plus en plus criarde.

Togo, Chefferie conflictuelle à Adangbé dans le Zio : Payadowa Boukpessi impose Sobo Komivi Ekla, un membre d’UNIR contre l’avis des populations

Dans les localités, les ayants-droit au trône sont évincés au profit des candidats du pouvoir. Pareille scène se joue depuis 2008 dans le village d’Adangbé dans préfecture de Zio où le chef traditionnel désigné de manière consensuelle par les chefs de villages et notables assistés par le Conseil des chefs traditionnels de Zio et le préfet a été remplacé par une autre personne.

De 1999 à 2007, le village d’Adangbé a été dirigé par Togbui Toviékou Sobo et c’est à sa succession que les conflits ont refait surface. Pour régler cette succession conflictuelle, des réunions ont été organisées sous la supervision du préfet d’alors Kouvahé-Anoumou Yom. La première rencontre a eu lieu à la place publique du village et toutes les familles prétendantes au trône ont été représentées. Plusieurs chefs traditionnels de ladite préfecture étaient également présents. Parmi eux, Togbui Passah Gozo Folly VII, chef canton de Tsévié et président du Conseil des chefs traditionnels du Zio. Au sortir de la deuxième réunion, un rapport a été produit par le Comité de règlement du litige de chefferie d’Adangbé. « Le comité de règlement du litige de chefferie d’Adangbé a délibéré. Il ressort que les Sobo ont connu un seul règne récent, sans aucune base héréditaire, et les Ekla-Kofidzin ont été chef à un moment conflictuel de l’histoire d’Adangbé, mais la paternité de la vraie organisation de la chefferie d’Adangbé reviendrait aux Dokouvi qui, avec précisions de dates, de faits et actes sociaux, des acquis et réalisations et relevant effectivement du domaine ou du ressort d’un chef traditionnel, et ce, dans un ordre successoral, qui n’est pas démenti, ont su démontrer être proche de la réalité du trône royal d’Adangbé. Le comité de règlement a demandé à la famille Dokouvi de désigner une personne dont le profil répondait aux attentes de la population », a conclu le comité dont la décision a été acceptée par toutes les familles prétendantes.

Togbui Dokouvi Koffi Têtê IV a été donc choisi. Le préfet Komi Séna Adossi qui a été nommé à la place de Kouvahé-Anoumou Yom a confirmé la décision du comité de règlement de la chefferie. Il a ensuite adressé un soit transmis au ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi portant « demande de reconnaissance de la désignation du chef du village d’Adangbé, Togbui Dokouvi Koffi Têtê IV ».

Contre toute attente, le préfet revient sur sa décision et aurait cautionné la désignation d’une autre personne comme chef du village. Un arrêté de reconnaissance de Sobo Komivi Ekla comme chef du village aurait été signé par Payadowa Boukpessi et la date du 02 juillet a été choisie pour l’intronisation du chef du village contesté.

De sources proches du dossier, la désignation de Sobo Komivi Ekla comme du village d’Adangbé est en réalité une façon pour le pouvoir de reconnaître à la famille de ce dernier ses efforts lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2015. Pour la première fois dans l’histoire du village, le parti UNIR a remporté la présidentielle dans la localité au grand dam de l’opposition notamment l’UFC originelle puis l’ANC que les populations ont toujours eu à plébisciter. Et cette performance, UNIR la doit au jeune frère de Sobo Komivi Ekla, membre actif du parti de Faure Gnassingbé dans le village qui a réussi à rallier une grande frange de la population à la cause du chef de l’Etat. Le pouvoir voit en la famille Sobo un soutien de taille dans la localité. L’intronisation de Sobo Komivi Ekla comme chef du village d’Adangbé est en somme une reconnaissance à cette famille.

Les cérémonies d’intronisation s’annoncent tendue et les populations seraient décidées à s’y opposer, même au prix de leur vie.

Source : G.A., Liberté

27Avril.com

LEAVE A REPLY