Togo, Arrestation et jugement des étudiants : Le spectre du 5 octobre 1990 à l’horizon pour le régime Faure/RPT/UNIR ce lundi 19 juin 2017 ?

3786

Toujours pas d’accalmie sur le campus universitaire de Lomé, 72 heures après l’arrestation du président de la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE). Les étudiants qui manifestaient pour la libération de Foly Satchivi et ses camarades sont de nouveau tombés sur une horde des forces de l’ordre. De nouvelles arrestations sont enregistrées. Les OSC condamnent ces diverses formes de violence et exigent la libération sans conditions des détenus.

Togo, Arrestation et jugement des étudiants : Le spectre du 5 octobre 1990 à l’horizon pour le régime Faure/RPT/UNIR ce lundi 19 juin 2017 ?

C’est une véritable débandade et une chasse à l’homme qui s’est de nouveau produit dans le temple de savoir vendredi. Les étudiants qui ne digèrent pas le fait que certains des leurs soient arrêtés lors de l’AG du mercredi et jetés en prison ont été pourchassés par les forces de l’ordre.

La police ayant à plusieurs reprises dispersé avec une brutalité inouie les manifestants par des bombes lacrymogènes et arrêté d’autres étudiants. Des motos ont été également saisies après que quelques-uns des manifestants aient subi des coups de matraque et de gourdins d’une extrême violence.

Huit Organisations de la Société Civile étaient à la prison pour s’enquérir des conditions de détention de Foly Satchivi et son adjoint. Là, elles ont été surprises de constater que 18 autres étudiants sont aussi écroués depuis mercredi sans que leurs parents ne soient informés.

« D’autres parents carrément sont à la recherche de leurs enfants portés disparus à ce jour » indique le communiqué des OSC sorti vendredi.

Face à ce climat délétère, elles exigent la libération de tous les détenus pour faire revenir un climat d’apaisement sur le Campus.

Dans la soirée de vendredi, certains de ces étudiants ont été libérés, mais le président de la LTDE et certains de ces camarades restent en cage. En effet, en ce qui concerne le cas du président de la LTDE, qui a été arrêté le premier jour des manifestations, le communiqué publié par les délégués généraux de l’UL a précisé que le collège des associations et organisations est à pied d’œuvre pour obtenir la libération de « 6 autres étudiants détenus y compris Satchivi ».

Pour discréditer le président de la LTDE Foly Satchivi et permettre au régime Faure/RPT/UNIR de l’embastillé injustement, une polémique s’est installée depuis le jeudi sur la régularité de son inscription en tant qu’étudiant pour le compte de l’année académique en cours. L’intox bien disséminée par les adaptes du régime RPT-UNIR a été lancée par nul autre que le sieur Essohanam Batchana, le directeur de la recherche de l’UL. Il a déclaré le jeudi dernier sur une radio à Lomé que Satchivi n’est pas régulièrement inscrit à l’Université de Lomé et que son nom n’est pas sur la liste de la DAAS pour le compte de l’année universitaire en cours. Cette information est contestée par la LTDE qui soutient que Satchivi s’est bien inscrit en tant qu’étudiant.

Enfin, selon la LTDE, le Président de la LTDE Foly Satchivi et 7 de ses camarades seront jugés ce lundi après-midi au tribunal de Lomé. Il s’agit de : Komla Edzonawo, Kossi Fadziko, Kodjo Jano Teteh, Yoel Cadiry, Rodrigue Banassa, Valentin K. Adonko, Folly Satchivi et Emmanuel K. Amagbegno.

La LTDE appelle ses membres et sympathisants à se rendre nombreux au Tribunal lundi 19 juin à 14H30 pour soutenir les étudiants accusés et exiger leur libération.

Le spectre du 5 octobre 1990 se profile à l’horizon pour le régime Faure / RPT / UNIR…

Source : Koaci + GA + T228 + 27avril.com

27Avril.com

LEAVE A REPLY