Togo: Agboyibo s’acharne sur Me Apévon et avoue inconsciemment qu’il a été le cerveau de la crise au CAR

181
Déçu par la faible mobilisation des militants lors du congrès extraordinaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), tenu les 13 et 14 janvier dernier, congrès qui l’a vu redevenir président de ce parti qu’il avait déjà dirigé pendant dix-sept ans, Me Yaovi Agboyibo s’est résolu de détruire politiquement, et par tous les moyens, Me Apévon. Il faut rappeler que suite à son éviction, de façon illégale et illégitime, de la tête du CAR, l’avocat réputé pour son intégrité morale (Me Apévon) est parti avec la plupart des cadres et des militants de base pour créer un nouveau parti, les Forces Démocratiques pour la République (FDR) dont le congrès constitutif a rassemblé plus 4500 personnes, une première dans l’histoire politique du Togo.

Une véritable raclée face au congrès du CAR qui a rassemblé moins de 1000 personnes sur les 2000 attendus. Depuis lors, Me Agboyibo et ses acolytes sont conscients que tous les observateurs avertis de la scène politique togolaise savent que le CAR est devenu une coquille vide ou du moins vidée de sa principale substance. Et ça, ils ne sont pas prêts à le pardonner à Me Apévon, contre qui, une offensive médiatique tout azimut est lancée depuis quelques semaines.

Cette attaque médiatique vise à notre sens à convaincre les Togolais du bien-fondé du retour à la tête du CAR du bélier noir (traduction en Français de Agboyibo). Mais, conscient que la tâche de se faire accepter par les populations est quasi impossible, Me Agboyibo use de mensonges et se comporte comme un contrebandier de l’histoire. Seulement, obsédé par sa haine contre Me Apévon, l’ancien nouveau président du CAR a fini par avouer, sans le vouloir certainement, qu’il (Agboyibo) est le cerveau de la longue crise qui a déchiré son parti. En effet, voici ce que le bélier noir déclara en substance dans l’émission D 12 sur radio Pyramide Fm le 22 janvier passé : « Il faut avouer qu’en un moment, le président Apévon s’est écarté de la ligne politique du CAR pour se rapprocher de ceux qui prônent la méthode de confrontation avec l’adversaire qu’on considère comme un ennemi avec qui on ne doit pas discuter ». Ces propos ne sont rien d’autres qu’une preuve, contrairement à ce que Me Agboyibo avait affirmé jusqu’ici, comme quoi, ce sont des militants du CAR qui lui ont fait appel de revenir prendre la tête du parti. Il est clair à travers ces propos, que c’est lui-même qui a planifié de chasser Me Apévon. Le monde entier sait maintenant de façon limpide que les fameux présidents fédéraux qui, lors de la longue crise, ont piétiné les textes du CAR, étaient en réalité en mission commandée pour le grand « gourou ». La bible ne dit-elle pas : « que tout ce qui est caché sera découvert ? ». Me Apévon et ses amis doivent certainement se réjouir que le ‘’criminel’’ a fini par avouer son crime.

Arrêt sur les gros mensonges de Me Agboyibo et ses affidés en ce début d’année 2017

Au cours de l’émission, Me Agboyibo n’a servi que des mensonges aux auditeurs lorsqu’il déclare « qu’en 2010, il a supplié en vain Me Apévon d’être candidat du CAR à l’élection présidentielle » et que « Me Apévon s’est écarté de la ligne politique du CAR ». Il nous souvient encore que lors de son congrès ordinaire de 2008, au cours duquel Me Apévon a remplacé le bélier noir, le CAR avait annoncé devant tous les congressistes, les invités et devant la presse nationale et internationale, qu’il a désigné par la même occasion son candidat à l’élection présidentielle de 2010 et que le nom de cette personne sera rendu public plus tard.

A l’approche du scrutin, le nom a été rendu public et tout le monde a su que c’est Me Agboyibo, ce qui a suscité beaucoup d’incompréhensions auprès des populations. Nous avons appris à l’époque que Me Agboyibo avait posé comme condition avant de passer la main à Apévon que ce dernier consente à ne pas être candidat à la présidentielle de 2010. Selon une source exempte de tout soupçon, après la débâcle du CAR aux législatives de 2007, sous la pression du premier vice-président du parti, Me Gahoun Hegbor, Me Agboyibo avait accepté de céder la direction du parti à Dodji Apévon.. Me Apévon avait accédé à cette demande de Me Agboyibo, parce que celui-ci lui a expliqué que ses frères de Yoto sont contre le fait qu’il veuille quitter la tête du parti pour quelqu’un d’autre et ne sont disposés à accompagner le nouveau président que si celui-ci renonce à être candidat en 2010. C’est donc pour éviter l’éclatement du CAR que Me Apévon, bien qu’ayant toutes les raisons d’être candidat, y a renoncé. Tous les responsables du parti qui ont la crainte de Dieu savent que Me Agboyibo a échangé son départ de la présidence du CAR contre sa candidature en 2010.

Plus loin, comment, le bélier noir peut-il justifier le fait qu’il s’est opposé à la candidature de Me Apévon à l’élection présidentielle de 2015 ? Nous savons avec certitude que le natif de Kouvé s’était mis en colère quand Jean Kissi, quelques mois avant ladite présidentielle, avait déclaré sur une radio de la place que Me Agboyibo lui avait confié qu’il ne sera plus jamais candidat à une élection. Et comme pour bloquer Me Apévon dans son élan d’être un candidat de taille à cette élection, des sources concordantes indiquent que Me Agboyibo est allé manipuler Me Tchassona Traoré, président du MCD, pour qu’il n’accepte pas que le bouillant avocat soit désigné joker de la coalition Arc-en-Ciel.

Toutes ces informations prouvent à suffisance que Me Agboyibo est un serpent venimeux que traine Me Apévon dans sa poche depuis longtemps sans le savoir. En tout cas, seuls les naïfs qui ne connaissent pas bien l’homme dans ses sournoiseries peuvent croire à ses mensonges.

A. Gatowobouna

Togosite.com

LEAVE A REPLY