Togo : Agbéyomé Kodjo fait un nouveau saut en longueur

383
«Tout le monde manipule tout le monde et c’est ce qui rend la politique dangereuse et passionnante à la fois » – Bruno Kreisky

Les Togolais doivent redoubler de vigilance pour ne pas se laisser divertir et pervertir par quelques politiciens en mal de repère. Si nos leaders politiques veulent que les populations les prennent au sérieux, s’ils veulent susciter respect et confiance, il faut qu’ils apprennent à toiletter leurs comportements et se prendre au sérieux.

Il est suicidaire de vouloir jouer sur deux tableaux. Tantôt on devient opposant au gré de ses humeurs et à la moindre difficulté, on tourne casaque, on devient membre du fan club Faure Gnassingbé. Et comme un rossignol, on se met à chanter des louanges nuit et jour au jeune prince. C’est à ce jeu malsain et perfide que s’adonnent certains hommes politiques au Togo.

Depuis plusieurs mois, le président de l’OBUTS ne manquait aucune occasion pour déverser ses diatribes contre l’opposition, notamment l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et son leader Jean-Pierre Fabre à qui il porte peu d’estime. A la suite du braquage électoral du 25 avril 2015, Agbéyomé Kodjo, en quête du poste de Premier ministre, avait adressé ses vives félicitations à Faure Gnassingbé dans un communiqué très élogieux et ne cessait de tirer à boulets rouges sur son ennemi intime. Il était allé jusqu’à dénier le statut de chef de file de l’opposition à Jean-Pierre Fabre.

Toute action menée par Fabre et les siens est systématiquement fustigée par Agbéyomé Kodjo. Les derniers coups de griffes du président de l’OBUTS contre l’ANC sont relatifs aux manifestations de rue organisées par le parti de Jean-Pierre Fabre et ses alliés regroupés au sein du CAP 2015 pour exiger la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales ainsi que la mise en œuvre transparente, participative et consensuelle de la décentralisation et l’organisation transparente, équitable et crédible des élections locales. « Recourir à la rue pour exiger des réformes est contre-productif », avait déclamé Agbéyomé Kodjo dans une interview à « Jeune Afrique », lui qui pourtant était un adepte de la rue.

Du Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC) au Collectif Sauvons le Togo (CST), le président de l’OBUTS était la vedette des marches hebdomadaires organisées par ces regroupements de partis politiques et d’organisations de la société civile, où il ne s’embarrassait pas de mots durs pour dézinguer la gouvernance de Faure Gnassingbé. Il se distinguait surtout au cours de ces manifestations par son slogan phare devenu viral, « Agban Agbodji » ou « Victago suiii ».

Qui connaît donc l’homme n’est guère surpris par ses revirements à 180°. Après avoir longtemps gambadé dans la cour du roi, trainé sa bosse de manifestation en manifestation, voyagé dans les valises de Faure Gnassingbé,- il est même présenté comme le conseiller officieux du prince-, voilà Agbéyomé Kodjo, en grand manipulateur, qui vient jouer au vrai opposant, à la sainte nitouche à la radio. Se présentant même en victime de Jean-Pierre Fabre. Depuis quelque temps, il se pose en chantre de l’union de l’opposition, après avoir tenté de torpiller les différents regroupements dont il fut membre.

« Je vais demander à rencontrer Jean Pierre Fabre et que chacun mette son ego de côté», a-t-il lancé sur une radio. L’objectif de cette initiative vouée d’avance à l’échec est de présenter le leader de l’ANC comme le méchant, celui par qui tous les malheurs arrivent au Togo. « Agbeyomé se prend pour du sel et veut être présent dans tous les plats. Ce monsieur n’est ni stable ni fixe et à son âge ne sait quelle politique adopter. Il est comme une boussole et va là où le vent l’amène », décrit un observateur.

Dans certains milieux, on pense qu’il devrait plutôt faire profil bas s’il lui reste encore un grain d’honnêteté. Les Togolais doivent suffisamment connaître l’homme pour ne pas se laisser duper.

Source : Médard Amétépé, Liberté

Togosite.com

LEAVE A REPLY