Squares Union : « Le transfert d’argent vers le Cameroun est au prix unique de 5,99 dollars ». Entretien

1061

Entretien avec Isabelle Quintard, l’une des responsables de cette entreprise de transfert d’argent et de payement à distance, dont le cœur de cible est le Cameroun.

Pouvez-vous brièvement présenter la start-up Squares Union?

Squares Union est une start-up spécialisée dans les transactions financières, le paiement à distance de factures (hôpitaux, épicerie, pharmacie, etc.) et la recharge téléphonique. Nous disposons des autorisations du marché financier pour mener nos activités. Nous avons donc développé une plateforme internet utilisable sur ordinateur, smartphone et tablette. Notre plateforme est donc simple, rapide et sécurisée.

Nous sommes présents au Canada et au Cameroun, dans différentes villes telles que Douala, Yaoundé, Bafoussam, Bamenda, Bagangté, Dschang et Kribi. Pour permettre le retrait des fonds au Cameroun, nous disposons de plusieurs points de retrait. Nous avons plusieurs structures de microfinance et autres coopératives partenaires. Il s’agit notamment du FODEC, de la FIGEC et prochainement de la CCA. Nous souhaitons par la suite ouvrir de nouveaux points de retraits au Cameroun, afin de couvrir tout le pays. Nous allons aussi prochainement nous ouvrir à la Côte d’Ivoire et par la suite nous souhaitons ouvrir au Sénégal et au Togo. Nous avons donc l’ambition de couvrir toute l’Afrique et dans un futur proche, l’Europe.

Vous êtes basés au Canada. Quelles sont les raisons qui ont conduit Squares Union à déployer ses activités vers le Cameroun?

C’est le fait que les trois co-fondateurs sont originaires du Cameroun, ils ont donc fait face au problème du coût élevé des opérations de transferts d’argent.

Concrètement, qu’offrez-vous comme prestations à vos partenaires au Cameroun ?

Nous avons conclus des contrats avec nos partenaires, afin qu’ils puissent ouvrir des points de retraits. La prestation est donc une prestation financière, une rétribution de notre activité.

Sur le volet transfert d’argent sur lequel vous intervenez, l’on retrouve déjà des mastodontes tels que MoneyGram, Western Union, World Remit qui opère sur le transfert digital, et même Afrimarket qui permet des transferts cash to goods de la diaspora africaine. Qu’offrez-vous de particulier par rapport à ces gros bonnets du marché du transfert d’argent?

Nous nous différencions de nos concurrents par notre prix. Tout d’abord, le coût du transfert est de 5,99 dollars pour tous les montants allant de 0 à 1000 dollars. Notre prix est donc fixe, alors que nos concurrents pratiquent des prix variables,  en fonction du montant du transfert à effectuer. Ensuite, notre plateforme est simple à utiliser, rapide et sécurisée. Du coup, vous pouvez faire des transferts 24h/24 et 7j/7 n’importe où depuis votre ordinateur, tablette ou smartphone. Vous n’avez pas besoin de vous déplacer.

Quel est, de nos jours, le poids de vos activités au Cameroun dans le portefeuille global de votre start-up?

Le poids de nos activités au Cameroun dans notre portefeuille est important. Car, comme je vous ai dit précédemment, pour le moment nous ne sommes ouverts qu’au Canada et au Cameroun. A ce jour, notre activité est en expansion. Mais, nous souhaitons encore développer notre visibilité au Cameroun, afin de répondre au mieux au besoin des ménages. Egalement au Canada, nous essayons de participer le plus possible auprès d’associations camerounaises.

Interview réalisée (en ligne) par Brice R. Mbodiam

Lire aussi

14-09-2016 – Cameroun : les transferts d’argent de la diaspora ont culminé à 585 milliards de francs Cfa en 2015

06-09-2016 – Cameroun : le Britannique WorldRemit positionne Banque Atlantique sur le marché du transfert d’argent digital

06-09-2016 – Après le transfert d’argent des migrants, Afrimarket est annoncé sur le marché du e-commerce au Cameroun

Agence Ecofin