Réformes : Le HCRRUN partage l’expérience rwandaise !

157

Délégation d’experts Rwandais

Une délégation d’experts Rwandais réside au Togo depuis lundi. Sur invitation du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), les émissaires de Kigali partagent avec les acteurs étatiques et non étatiques du Togo, leur expérience en termes de réformes institutionnelles et constitutionnelles. Après deux jours d’entame à l’exercice, le tour des Institutions de la République, les ministères, les organisations de la Société civile et les médias.

La rencontre a été ouverte dans la matinée de jeudi, dans un hôtel à Lomé. Pour Madame Awa Nana-Daboya, un ingrédient essentiel manquait à l’atelier de Juillet 2016 sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles : l’expérience des experts internationaux. « C’est maintenant chose faite, avec la présence des experts rwandais », a-t-elle précisé.

Dans un exposé vif et riches d’informations et d’expériences du Rwanda, le professeur Anastase Shyaka, CEO du Rwand governance board et chef de la délégation, a fait sortir plusieurs aspects du parcours de son pays depuis le génocide jusqu’à nos jours.

C’était non pas sans avoir précisé dans un premier temps, qu’ils n’étaient pas là pour enseigner les Togolais, mais échanger, partager les expériences, car le Rwanda, quoique satisfait de son engagement dans le vivre-ensemble aujourd’hui, a encore des défis à relever.

Pour le professeur Anastase Shyaka, trois aspects essentiels sont à relever dans le parcours Rwandais à savoir :

L’Unité : pour le peuple Rwandais après le génocide, le vivre-ensemble était un impératif ayant motivé tous les efforts à se défaire des distractions politiques et régionalistes qui sont sources de balkanisations et d’instabilité au service de manipulateurs politiques qui enveniment d’ailleurs de pareilles situations.

La redevabilité : Dans tous les domaines (politiques, administrations, sociales et institutions) et à tous les niveaux (autorité politiques, armées et citoyens, hommes, femmes et enfants), le sens de redevabilité et respects des institutions de la Républiques a été encré dans les esprits au point de fixer des limites à tout pouvoir quel qu’il soit. C’est un choix de réformes pour les Rwandais !

Et enfin, la confiance en eux-mêmes (Peuple Rwandais) et en une nouvelle orientation pour l’avenir. Pour les Rwandais, le passé ne devrait plus être un exemple ou une source d’inspiration pour tous les débats au point d’empiéter sur toute nouvelle initiative visant la paix et la cohésion sociale.

Une corbeilles d’engagements dans l’expérience rwandaise dont les participants ont été tous éblouis, manifestant une curiosité poussée dans tous les aspects, comme par exemple, les rôles de l’armée, de l’intelligence, de la société civile ou même de la diaspora rwandaise dans la réussite des réformes.

Une histoire, un vécu, une réalité, des anecdotes, un tout plein d’intérêt dont ne se lasseront les épris d’un changement au Togo, mais une seule question revient sous diverses formes : Comment le Togo peut impliquer tous ces aspects ou mieux les adapter aux dures réalités de la Terre de nos Aïeux ?

Une chose est certaine : l’impossible n’est pas togolais.

A. Lemou

Source : www.icilome.com

LEAVE A REPLY