Que reste-t-il de l’héritage du Général Gnassingbé Eyadema [Zoom] 12 novembre 2017

74

Que reste-t-il de l’héritage du Général Gnassingbé Eyadema [Zoom]                                                                             12 novembre 2017
Etienne Gnassingbé Eyadema

Par Serge Lemask, togo-online.co.uk

Lorsque le général Gnassingbé Eyadema rendait l’âme ce 5 février 2005 en apesanteur, sur un lit d’avion à dix mille mètres entouré de bouteilles d’oxygène au-dessus de la terre, c’est bien de choses qu’il perd dans l’imaginaire de sa population et de son successeur, Faure Gnassingbé, qui préfère s’exorciser de son fantôme.

Gnassingbé Eyadema est aux yeux des Togolais, un agneau dangereux. Ce dirigeant à double face, moitié dieu moitié démon est quelques fois aimé et adulé par son peuple, et quelque fois peint en dictateur ou en oligarque. Eyadema, il a été célébré dans les années 1980, avec des qualificatifs tels que « sauveur », « immaculé », qui lui resteront collés et que son successeur ne pourra lui ôter.

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Quand le général sortait indemne de l’attentat de Sarakawa, et qu’il annonçait la nationalisation de la Compagnie togolaise des mines du Bénin (CTMB), cet homme qui est arrivé au pouvoir par enchainement de coups d’État, dont le principal sur le père de l’indépendance, Sylvanus Olympio, a gardé quelque chose de particulier. Puis, sa gestion du pays d’une main de fer et les rêves d’un changement à la tête de l’État, d’un souffle nouveau que l’opposant Gilchrist Olympio a imprimé au Togo rendait de plus en plus son règne trop long, au point de s’en lasser.

Rupture

Toutefois, quand le 5 février 2005, le timonier national tombait, les Togolais étaient conscients que c’était beaucoup de choses qu’ils perdaient. Beaucoup de vide que son successeur n’aura pas la carrure pour combler. De fait, depuis l’élection de Faure Gnassingbé en avril 2005, c’est beaucoup de choses qui ont changé à la tête du Togo. D’ailleurs celui-ci annonce lui-même incarner un changement. « Lui c’est lui, moi c’est moi », a-t-il renchéri en tachant d’enterrer le cordon qui le liait depuis à son père.

Autrement, Faure Gnassingbé a toujours tenté de couper le lien patriarcal. Il a quitté le grand palais de son père pour se construire, avec l’aide de la Chine, le sien. L’ancien palais présidentiel est désormais inhabité. De même que les résidences privées du feu Eyadema.

En 2012, il a dissous le parti de son père, parti unique à un moment de la vie politique du Togo, pour créer un nouveau cadre où il se voit enfin, libérer du carcan autoritaire et condescendant de son père, pour se retaper en homme fort.

La politique de l’authenticité qu’Eyadema voulait laisser, inspirée par Mobutu qui annonça en 1971 le recours à des valeurs africaines, n’est plus qu’un lointain souvenir qui se dissipe de plus en plus au fil des années.

Si les vestiges du culte de la personnalité sont aujourd’hui révolus, c’est sous autres formes de zèles de quelques populations qu’elle revient.

Dans le droit fil de sa politique d’apaisement, Faure Gnassingbé a décidé d’arrêter la célébration du 13 janvier, date commémorative à la fois de l’accession de son père au pouvoir et de l’assassinat du père de l’indépendance Sylvanus Olympio ; un fait inimaginable il y a encore quelques années. En réalité, Faure Gnassingbé cherche toujours ses marques à la tête de l’État. Et semble vouloir dépoussiérer l’ensemble d’un héritage jugé finalement encombrant.

Là où Eyadema peut chambrer la France, au nom d’un nationalisme qu’il lui veut propre, oublier une Allemagne de laquelle Sylvanus Olympio s’était beaucoup rapproché, son fils a construit un empire diplomatique impressionnant, que seule l’actuelle crise politique peut entacher.

Quelques vestiges

La présidence n’a pourtant pas définitivement rompu avec l’ancienne génération. Le juriste français Charles Debbasch, le sherpa Barry Moussa Barqué ou le secrétaire général du RPT Esso Soli Toki ont gardé les faveurs du jeune successeur. De même que, l’ex — « monsieur Communication » Pitang Tchalla.

Faure n’est pas la réincarnation du « Baobab de Kara ». Là où le général passait en force, lui négocie… ou quelques fois. Dans le passé, contre la volonté de l’aile dure du RPT, Faure n’a pas hésité à rencontrer plusieurs fois l’ennemi héréditaire Gilchrist Olympio. Il avait proposé à l’Union des forces du changement (UFC) d’entrer au gouvernement Komlan Mally, constitué au lendemain des élections législatives d’octobre 2007. À tel point qu’ils ont décidé de renouer leurs relations avec le pays.

Aujourd’hui, le Togo est redevenu une destination fréquentable pour les investisseurs et pour l’aide publique au développement.

L’aéroport de la capitale, généralement en Afrique du nom des premiers présidents, porte toujours le nom d’Eyadema. Et nul n’envisage de les débaptiser.

Au Togo, beaucoup ont finalement compris qu’il y a surement un clivage, du moins un changement entre le premier Gnassingbé et le second, sauf un point : la continuité politique d’un régime familial qui a fait en cette année de 2017, 50 ans.

Source : afrotribune.com

Togo-Online.co.uk

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here