Préparatifs de la CAN 2017 : Le chantier des Eperviers reste entier

339
Préparatifs de la CAN 2017 : Le chantier des Eperviers reste entier

En match test le mardi dernier dans leur antre de Kégué contre les Cranes de l’Ouganda, les Eperviers ont été dominés malgré leur victoire 1-0, une œuvre de Lalawélé Atakora sur une passe d’Emmanuel Adébayor à l’heure de jeu. A l’analyse de la partie, les observateurs se rendent compte que Claude Le Roy a du pain sur la planche.

Le match test contre l’Ougan

Les Eperviers ont entamé leurs préparatifs de la CAN Gabon 2017 le mardi dernier par une rencontre amicale contre les Cranes au stade de Kégué. Si Emmanuel Adébayor et ses partenaires ont gagné la partie sur la plus petite marque, il faut dire que leurs adversaires ont été les plus entreprenants, alertes dans les récupérations. Ils étaient tout simplement plus en forme physiquement que les Togolais qui peinaient à enchaîner les passes et à relancer proprement le ballon.

Le jeu des Eperviers était haché de part et d’autre. Ils ont plus couru derrière le ballon. La piètre prestation de la sélection nationale peut en partie s’expliquer par l’équipe expérimentale (sic) mise en place par Claude Le Roy.

En effet, le sélectionneur des Eperviers a probablement testé d’autres dispositifs tactiques avec des joueurs à des postes nouveaux. Cela s’est fait ressentir dans les transmissions et dans les enchaînements.

Malgré tout, il serait trop simpliste de justifier le jeu fade des Eperviers par les nouvelles dispositions mises en place par le coach. Les observateurs ont pu noter que l’Ouganda n’est pas Djibouti à qui le Togo avait infligé une manita lors de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017.

Le chantier de reconstruction des Eperviers reste intact. Le technicien français a donc du pain sur la planche. De toute façon, n’est-il pas trop tôt pour s’alarmer, connaissant la sagacité du technicien français à révolutionner le jeu de ses équipes ?

Une organisation à parfaire

On ne peut pas parler du match amical entre le Togo et l’Ouganda sans toucher du doigt l’organisation qui est faite autour. A la veille de cette confrontation, la FTF a dit que c’est elle qui prend tout en charge. Le contrat avec Sergio Sport étant arrivé à échéance, précisait-elle au cours d’une conférence de presse.

A l’œuvre, les hésitations de l’instance ont déteint sur l’organisation. En effet, le match a été annoncé pour démarrer sous le coup de 17h30. Cette heure était reprise sur les affiches confectionnées pour la circonstance et les réseaux sociaux. Puis subitement, le coup d’envoi a été ramené à 17h. Au grand dam des supporters non informés à temps.

Bien avant le match, il a été communiqué que la séance d’entraînement des Eperviers a lieu le lundi, la veille donc de la rencontre, à partir de 9h30 au stade de Kégué. Plus tard, le lieu de l’entraînement a été délocalisé au stade municipal. Bref, la FTF a fait une organisation discutable.

Le problème d’équipements

La problématique des équipements des Eperviers se pose. Depuis la rupture du contrat avec Puma, la sélection a porté des maillots estampillés Macron et Sergio Sport. Alors que le sujet était au cœur de tous les débats, la FTF a organisé une rencontre avec la presse au cours de laquelle elle a situé l’opinion. « A ce jour, le Togo n’a pas de contrat avec un équipementier. Durant ces éliminatoires, nous avons utilisé Puma, et Sergio et même Macron durant les qualifications du mondial. Pour les deux prochains matchs (contre l’Ouganda et le Mozambique, NDLR), la Fédération attend la réception d’équipements Errea commandés depuis quelques semaines », avait informé Augustin Amega, Directeur de la Communication de la FTF.

En clair, au cours du match Togo-Ouganda, les Eperviers devraient arborer des maillots de l’équipementier italien Errea. Curieusement, il n’en a rien été. Du coup la polémique continue. Quels maillots les Eperviers porteront-ils le dimanche prochain contre le Mozambique ? Ce sont là quelques interrogations qui taraudent les esprits des supporters inconditionnels et du public sportif.

Un nouveau test contre le Mozambique

Quoi qu’on dise, les Eperviers ont entamé leurs préparatifs de la prochaine compétition panafricaine par une victoire, laborieuse fût-elle. Cap maintenant sur le second match amical contre le Mozambique ce dimanche au stade de Kégué.

A première vue, cette rencontre paraît déséquilibrée. Bien que les Mambas soient actuellement classés 22ième au classement FIFA en Afrique alors que les Eperviers soient 29ième. Ils ont participé à la phase finale de la CAN en 1986, 1996, 1998 et 2010, mais à chaque fois sont éliminés au premier tour.

L’adversaire de ce dimanche n’est pas une foudre de guerre. Sur le papier, le Mozambique parait moins relevé que l’Ouganda. Une éventuelle large victoire sur lui ne doit en aucun cas faire oublier aux Eperviers et au staff technique que ce n’est qu’un match amical, de surcroît de préparation. Et qu’ils doivent cravacher dur pour espérer atteindre leur niveau d’Afrique du Sud en 2013. Sinon faire mieux.

icilome.com