Pour les réformes, Fabre n’exclut rien y compris la rue

118

© togoactualite – « Le peuple doit prendre ses responsabilités, reprendre sa souveraineté et imposer les réformes en utilisant tous les arsenaux constitutionnels y compris la rue, si le régime RPT-UNIR refuse les réformes », tel a été l’essentiel du message délivré par le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre aux militants du CAP 2015 réunis en grand nombre sur le terrain de Bè-Kondjindjin à Lomé. Pour cette première manifestation dans le fief de l’opposition, le CAP 2015 peut se réjouir de la mobilisation même si elle n’est pas celle des grands jours, la foule a fait le déplacement.
Dans leurs interventions, les responsables politiques ont dénoncé les manœuvres d’obstruction opérées par le régime RPT-UNIR pour bloquer au parlement l’adoption des réformes avant d’appeler le peuple à prendre ses responsabilités. « La révolte est le droit de l’esclave », a assuré Fabre avant de lancer en direction de la foule « Vous êtes détenteur de la souveraineté, si les députés ne veulent pas vous suivre il vous appartient de vous organiser pour le leur signifier », a encore déclaré l’ancien candidat à l’élection présidentielle faisant allusion au soulèvement du peuple burkinabè contre la modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè et qui avait abouti à la chute du régime de Blaise Compaoré. Pour le chef de file de l’opposition, le pouvoir rechigne à faire ses réformes parce qu’ils sont « à la mangeoire et ne veulent pas quitter, ils en jouissent ». Le reste ce n’est que du dilatoire ils font pour gagner du temps car ils nous prennent pour des bêtes. Ils se trompent nous leur montrerons.
Aux députés UNIR qui estiment que c’est faute de consensus que la proposition de loi introduite par l’opposition a été rejetée, M. Fabre rétorque « qu’ils arrêtent cette idiotie. Il y a déjà eu de consensus dans l’APG. Il ne peut y avoir de consensus de consensus », conclut-il. Me Isabelle Manavi Améganvi, est quant à elle revenue sur la séance du 18 mai dernier au parlement lorsque la proposition de l’opposition a été débattue à la Commission des lois. Pour le député de Kpélé, il est clair que la majorité ne veut pas que la proposition de loi soit envoyée à la plénière car ils ont peur. Ils ne savent pas quel sort cette proposition subira si elle est encore envoyée à la plénière voilà pourquoi ils font tout pour qu’elle ne soit pas. En début de meeting, c’est le député Alphonse Kpogo qui est venu appeler le peuple à la mobilisation devant le parlement. « Nous devons terminer une fois de bon cette lutte », a-t-il clamé.
« A partir de ce soir soyez à l’écoute pour les sessions parlementaires et prenez vos responsabilités. C’est à vous de nous montrer que vous connaissez votre devoir », insiste-t-il car pour lui après le Tribunal qui a été le début du soulèvement du peuple togolais, le sit-in de Deckon, la mobilisation devant le parlement doit achever cette lutte une fois de bon.
Notons que cette semaine, les conducteurs de taxi-moto ont dans la droite ligne du vote des réformes appelés les députés à adopter le peuple dans le cas échéant ils se mobiliseront devant le siège du parlement. Fabre a également rencontré dans le courant de la semaine, un groupe de conducteurs de taxi-motos.
 
Pour les réformes, Fabre n’exclut rien y compris la rue

Pour les réformes, Fabre n’exclut rien y compris la rue

Pour les réformes, Fabre n’exclut rien y compris la rue
lomévi (www.togoactualite.com)
 

TogoActualité.com

1 COMMENT

LEAVE A REPLY