Polémique : pourquoi le cas Adebayor divise les Togolais

225

Adulé par une majorité de ses compatriotes, le footballeur international togolais Emmanuel Adebayor se retrouve depuis fin avril en pleine polémique. Il a rendu publics tour à tour son soutien à Faure Gnassingbé pour la présidentielle et le conflit qui l’oppose aux membres de sa famille. Une démarche diversement appréciée.

Tout commence en avril 2011 lorsque, suite à une plainte déposée par Emmanuel Adebayor à Lomé, la justice ordonne l’expulsion de l’un de ses frères aînés d’une de ses propriétés. Ce dernier, Peter (décédé en juillet 2013), aurait selon des témoins menacé à l’arme blanche le footballeur, le forçant à abandonner l’une de ses somptueuses résidences pour se réfugier dans un hôtel de Lomé. “Dans cette brouille entre frères, la mère a choisi le camp de Peter, ce qui a profondément blessé Emmanuel”, explique Alex, qui connaît la famille Adebayor depuis une vingtaine d’années.  

>> Lire aussi : À Tottenham, la renaissance d’un buteur togolais nommé Adebayor

Le décès de Peter Adebayor

Peter Adebayor est un ancien footballeur qui n’a pas réussi à faire une grande carrière comme son jeune frère. Très proches à un moment donné, les deux hommes qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau se brouillent en 2011. “Un jour, quand j’étais à Monaco où il est venu me visiter, alors que j’étais dans mon canapé, il m’a pris en otage un couteau pointé sur moi. Ensuite, à Lomé, à l’occasion d’une dispute entre nous, il a cassé une bouteille et m’a blessé. (…) On pourrait régler plus tard le problème, mais pour le moment, qu’il quitte ma maison et aille louer et il comprendra que la vie n’est pas facile”, déclarait l’international togolais en avril 2011 pour justifier l’expulsion de son frère.

La situation a perduré jusqu’au décès de Peter, en juillet 2013, “suite à une courte maladie”. De nombreuses rumeurs alimentés par certains membres de la famille ont attribué sans preuves la responsabilité de cette mort à l’actuel sociétaire du club londonien de Tottenham. Et là encore, ses détracteurs s’en sont donné à coeur joie. Mais ce n’est pas fini.

 À cette époque, des médias diffusent l’information selon laquelle, délaissée et malade, la mère du joueur serait obligée de s’adonner à de petits commerces pour survivre. Suffisant pour déchaîner à nouveau les critiques à l’encontre du capitaine des Éperviers du Togo qui finira, en novembre 2014, par accuser sa mère et ses soeurs de pratiquer de “la magie noire” sur lui.

La vidéo de soutien à Faure Gnassingbé

Retour en 2015. Très peu utilisé durant cette saison par son club, Sheyi Emmanuel Adebayor multiplie les déplacements à Lomé pour, dit-on dans son entourage, superviser certains projets en cours de réalisation dans le cadre de sa fondation SEA (ses initiales). Le 21 avril, à quelques jours de la présidentielle togolaise, la star publie une vidéo dans laquelle il affiche clairement son soutien pour la réélection du président sortant, Faure Gnassingbé. Dans un pays où le débat politique suscite énormément de passions, la position tranchée du footballeur, idole d’une grande partie de la jeunesse, divise et suscite des commentaires parfois violents. Et c’est dans ce contexte déjà tendu qu’Emmanuel Adebayor choisit peu après de livrer des détails sur la crise que traverse sa famille dans plusieurs messages publiés il y a quelques jours sur Facebook. 

 >> Lire aussi Togo : quand Emmanuel Adebayor lave son linge sale sur Facebook

Les révélations sur les réseaux sociaux

Nombreux se demandent encore ce qui a poussé le joueur à se livrer à ce déballage (toujours en cours) sur sa page Facebook officielle. Certains vont jusqu’à se poser des questions sur son état mental… Pour ses proches, “Emmanuel n’en pouvait plus de subir des attaques répétées de personnes pour lesquelles il a tout donné”. 

Dans les messages publiés les 6 et 10 mai, la star cible tour à tour sa mère, sa sœur et ses frères. Chacun d’entre eux en prend pour son compte, surtout Rotimi, l’un de ses jeunes frères. Ce dernier a, le 11 mai, choisi de faire amende honorable en reconnaissant ses torts dans une interview accordée à la BBC.

Pour un journaliste togolais bien au fait des “affaires Adebayor”, le joueur a fini par “exploser” suite à la pression subie de part et d’autre. N’aurait-il pas été préférable de recourir aux services d’un communiquant expérimenté pour régler ses comptes ? Le joueur est, il faut le reconnaître, connu pour son franc-parler – au demeurant souvent maladroit. Différents émissaires de personnalités officielles se seraient succédées dans la capitale anglaise pour le raisonner, sans succès jusqu’à présent. La suite au prochain épisode ?

 >> Lire aussi : Yaya Touré, Benatia, Adebayor… Top 10 des footballeurs africains les mieux payés en 2014

 

Jeune Afrique

LEAVE A REPLY