Nouvelle impulsion à la gouvernance politique

47

Le Togo s’est engagé dans un processus de décentralisation qu’il veut participatif et consensuel. Dans cet esprit qu’a été créé en début d’année le Conseil national de suivi de la décentralisation (CNSD).

Cet organe où sont représentées la plupart des sensibilités politiques est chargé de fixer les orientations et de veiller à leur cohérence avec les autres politiques sectorielles, de proposer des mesures adéquates pour améliorer le processus, de définir les mécanismes de coordination des appuis des partenaires techniques et financiers, enfin de procéder à l’évaluation de la mise en œuvre de la décentralisation.

Le Premier ministre Komi Selom Klassou a ouvert mardi les travaux de ce Conseil.

‘La décentralisation de par l’implication de citoyens dans la gestion des affaires de la cité à la base et du changement des mentalités au regard des stratégies de développement qu’elle induit, peut mener à des programmes plus créatifs, plus innovateurs et mieux adaptés aux besoins locaux’, a souligné le chef du gouvernement.

Pour M. Klassou, la décentralisation est synonyme de plus de démocratie  représentative. Mais c’est aussi l’impératif de doter les collectivités territoriales de moyens financiers permettant leur développement sans recours systématique au pouvoir central.

Les responsables politiques en sont conscients, la décentralisation est l’échelon de renouvellement et d’impulsion de la gouvernance politique et économique.

Republic Of Togo

LEAVE A REPLY