Nathaniel Olympio prend Awa Nana au mot

229

Dans une de ses sorties, Mme Awa Nana Daboya, présidente du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité (HCRRUN), avait bien promis à l’opinion de démissionner si jamais elle rendait compte que l’exécutif ne mettait pas à sa disposition les moyens nécessaires pour l’atteinte des objectifs à elle, assignés. Au Parti des Togolais, on estime qu’il est heure d’honorer cet engagement.

Dans sa sortie médiatique du 12 juillet, le président par intérim du parti des Togolais analyse:
Je crois savoir que Mme Awa Nana s’était prononcée récemment sur la possibilité d’une démission, si elle n’arrivait pas à obtenir les moyens de son travail. Alors qu’est-ce qu’elle a pu obtenir pour qu’aujourd’hui, elle soit toujours en place ? Est-ce que des milliards qui ont été débloqués sont suffisants pour satisfaire les objectifs poursuivis par le HCRRUN? Est-ce que le HCRRUN a donné la possibilité aux victimes d’identifier les auteurs de leurs atrocités ? Nous n’avons pas tout cela donc le HCRRUN ne remplit pas la mission qu’on lui a confiée. Il faut donc de mon point de vue, que Mme Awa Nana rende le tablier. Le HCRRUN doit être dissout pour qu’on mette en place l’organe le plus adapté à donner satisfaction au peuple togolais

Nathaniel Olympio estime que le peuple, ou les victimes des exactions ne tirent aucun avantage de ce qui se trame au niveau du gouvernement par le biais du fameux HCRRUN. D’ailleurs, cette institution est un instrument de fraude morale et de fraude intellectuelle au service de régime en place.

Créé pour mettre en application les recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation, le HCRRUN de Mme Awa Nana Daboya n’a jamais inspiré la confiance d’une grande parti de l’opinion, et surtout l’opposition qui soupçonnait le régime de Faure Gnassingbé de faire du dilatoire en bondissant d’institutions en institutions.

Ces soupçons semblent s’avérer puisque depuis 2014, rien de concret n’est sorti des activités du HCCRUN, que ce soit en termes de réformes ou de réconciliation. Par, des commissions, il en a eu depuis l’atelier organisé en juillet 2016 sur la question des réformes. Des commissions qui pondent toujours des recommandations dont on ignore l’issue.

A. Lemou

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here