Moustafa Mijiyawa (ministre de la santé): « Nos systèmes de santé ne se portent pas bien »

819

« Dans les centres périphériques et dans les hôpitaux, il suffit d’interroger l’homme de la rue pour qu’il vous décrive une expérience malheureuse », a déploré le ministre.

 

Dans une interview accordée à un journal (paru ce vendredi), le directeur général du Centre Hospitalier et Universitaire (CHU) Sylvanus Olympio de Lomé — le plus grand centre de santé du Togo — a dénoncé les maux dont souffre cette structure sanitaire : corruption, détournement des matériels, vols, négligence, manque de conscience professionnelle, détournement des malades etc…

 

Dans une démarche pédagogique, le ministre Moustafa Mijiyawa a expliqué aux députés, tous les contours de « l’approche contractuelle » qui repose sur un partenariat formel et durable entre tous les acteurs du secteur de la santé.

 

« Le principe est le suivant : l’Etat va, après élaboration du cadre juridique opérationnel, lancer un appel d’offres pour recruter des sociétés spécialisées dans la gestion hospitalière. Il s’agira des sociétés ayant fait leurs preuves en la matière, avec qui l’Etat signera un contrat. Ainsi, l’Etat cédera la gestion fonctionnelle à la société contractante. Bien évidemment, tout ceci sera élaboré en harmonie avec les règles de la fonction publique, puisque ce sont des services publics », a-t-il expliqué.

 

« Il s’agit d’un cadre que nous allons aménager en rappelant aux uns et aux autres, leurs charges. Avec cette approche, nous estimons que les choses iront de mieux en mieux. Le principal but visé, c’est que la population soit satisfaite en termes de soins », a-t-il précisé.

 

« Au départ, cela va nécessiter un coût et l’Etat s’y engagera. Au fur et à mesure qu’on avancera, les déperditions actuelles n’auront plus lieu, la productivité sera meilleure », a rassuré Moustafa Mijiyawa.

 

L’approche contractuelle consiste par le biais d’un contrat, à céder la gestion d’une structure de soins à une entité non étatique spécialisée dans la gestion hospitalière.

 

La mise en œuvre de cette approche ne signifie ni privatisation, ni désengagement de l’Etat de ses responsabilités. La phase pilote a démarré dans plusieurs structures du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Sylvanus Olympio : la morgue, la pharmacie, des services de radiologie et de laboratoire. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 
source : savoir news
 

TogoActualité.com

LEAVE A REPLY