Mme Awa Nana Daboy : « Le Togo a besoin d’avancer et nous ne devons pas nous amuser avec l’avenir de ce pays »

519

« Je leur demanderais d’apporter leur pierre à l’édifice et de garder patience pour juger à la fin. Car, c’est la fin qui justifie les moyens », a-t-elle ajouté.

 

Le Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) est fortement critiqué ces dernières semaines par certains partis de l’opposition notamment l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC, principal parti de l’opposition), suite à son initiative de tenir un atelier national de réflexion et d’échanges sur les réformes politiques et institutionnelles du 11 au 15 juillet prochain.

 

Dans une correspondance adressée récemment à la présidente du HCRRUN, le président de l’ANC et chef de file de l’opposition Jean Pierre Fabre a sévèrement critiqué l’Institution, estimant qu’elle est « disqualifiée » pour traiter des sujets relatifs aux réformes politiques.

 

Mme Awa Nana Daboya est également « disqualifiée », avait affirmé M.Fabre, invitant la présidente du HCRRUN à « annuler purement et simplement la tenue de cet atelier » qui n’est qu’une « mise en scène grotesque visant à créer les conditions d’un enterrement de l’APG (Accord Politique Global) ainsi que des réformes convenues ».

 

« L’ANC est un parti politique parlementaire, et à ce titre, il est invité à ces échanges. Mais si les leaders de ce parti ne veulent pas participer au débat, nous ne pourrons pas les y obliger », a répliqué Mme Awa Nana Daboya.

 

Répondant à ceux qui estiment que le HCRRUN n’a pas de « légitimité » pour conduire des réflexions sur les réformes politiques, Mme Awa Nana Daboya s’est fondée sur la recommandation 57 (alinéa 2) de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) portant création de l’Institution.

 

« Par ailleurs, l’organisation de l’atelier de réflexion et d’échanges sur les réformes, n’est pas une invention du HCRRUN. La recommandation n°8 de la CVJR qui évoque la question des réformes institutionnelles, précise que c’est +… un problème complexe qui mériterait d’être posé dans le cadre d’une réflexion sérieuse devant nous amener à nous interroger sur le modèle occidental en vigueur dans notre pays depuis l’indépendance…+ », a-t-elle expliqué.

 

Et dans l’alinéa suivant de cette recommandation 8, a poursuivi la présidente du HCRRUN, « il est dit que +la CVJR recommande par conséquent l’organisation d’une large réflexion sur la question associant personnalités politiques, juristes, sociologues, historiens, organisations de la société civile en vue de déterminer les institutions en mesure de nous assurer une gouvernance adaptée à nos réalités+ ».

 

« Voilà pour ce qui est de la légitimité du HCRRUN et qui le conforte dans sa mission, qui est celle de la mise en œuvre des recommandations et du programme de réparation de la CVJR », a souligné Mme Awa Nana Daboya.

 

Selon cette dernière, la compréhension même des réformes pose problème : « voilà pourquoi, il paraît nécessaire pour le HCRRUN, dans le respect de la recommandation 8 de la CVJR, de procéder à l’organisation de cet atelier pour amener les différents acteurs de la vie sociale et politique de notre pays à avoir une appréhension partagée du concept de réformes en vue de baliser la voie à leur mise en œuvre ».

 

A en croire la présidente du HCRRUN, les propositions qui découleront de l’atelier « serviront de document de travail à la Commission de réflexion sur les réformes politiques et institutionnelles créée par décret le 9 janvier 2015″ dont elle est la responsable.

 

« Il nous revient de laisser tomber nos égos et nos ambitions personnelles pour penser au Togo, en tant que nation à construire. Non pas en imitant aveuglement les autres, mais en nous basant sur notre histoire et nos réalités pour rentrer positivement dans l’histoire de l’humanité », a-t-elle souligné.

 

Mme Awa Nana Daboya a invité « tout le peuple à rester attentif à ce qui va se faire durant cet atelier » et à invoquer « la grâce divine pour que tout se déroule comme il se doit pour le bien de tous ».

 

Rappelons que le HCRRUN est l’organe chargé de la mise en œuvre des recommandations de la CVJR.

 

Il devra aider à mener des actions de nature à contribuer à l’instauration d’un climat social et politique apaisé nécessaire à la réconciliation nationale, promouvoir les valeurs de coexistence pacifique, la culture du dialogue et de la solidarité, l’acceptation de la diversité de pensées et d’opinions, et promouvoir à travers toutes les instances entre tous les acteurs de la vie nationale la réconciliation, la paix, et l’unité nationale. FIN

 

Junior AUREL

 
source : savoir news
 

TogoActualité.com

LEAVE A REPLY