Me Dodji Apévon sommé par les présidents de 33 fédérations du CAR de convoquer un congrès extraordinaire

495

Cette interpellation, selon Yawo Ata Etadzi, se base sur la disposition statutaire selon laquelle, en cas de non convocation du congrès, les présidents fédéraux ont la lourde responsabilité d’interpeler le président national.
 
« La crise a atteint son paroxysme et c’est le congrès qui nous permettra de relancer notre parti afin qu’il puisse se frayer un passage dans le contexte politique actuel. Me Apévon a été investi pour 8 ans, de 2008 à 2016. Selon notre statut, il a fini son mandat », a indiqué M. Etadzi.
 
Deux choses essentielles sont reprochées au président national du CAR. Les présidents fédéraux, dans leur lettre, estiment d’abord que Me Apévon veut « tuer » le parti à travers la suspension des réunions du comité directeur et la cessation de ses activités en ces périodes de grands événements politiques, économiques et socioculturels par lesquels passe le pays. Ainsi, apprend-on, depuis le 15 mars dernier, date de sa dernière réunion, le comité directeur du parti n’a plus tenu de réunion. Une circulaire a même été adressée par Me Apévon aux membres de ce comité pour suspendre les réunions de cet organe.
 
Il est également reproché au président national du CAR, d’avoir des « intentions cachées ». La lettre fait savoir que des réunions ont été organisées dans une quinzaine de fédérations par Me Dodji Apévon et où il a été annoncé par celui-ci ou ses représentants, son intention de créer « son propre parti ».
 
« Et à l’occasion de chaque réunion, nous nous sommes rendus compte que l’objectif visé à travers l’établissement de listes de présence, c’était pour débaucher les militants du CAR pour votre parti en création », lit-on.
 
Pour l’heure, les participants à cette réunion refusent de se prononcer sur ce qui arrivera si le congrès extraordinaire n’est pas convoqué dans le délai accordé au président national.
 
Les trois (3) fédérations qui n’ont pas répondu à cette réunion sont Sokodé Assoli et Blitta.
 
Pour rappel, la crise au sein du CAR est issue de la guerre ouverte qui oppose le président national, Me Apévon et le président d’honneur du parti, Me Yawovi Agboyibo, soupçonné par son successeur de nourrir l’intention de revenir à la tête du parti.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

TogoActualité.com

LEAVE A REPLY