Les projets de crowdfunding en Afrique ont levé 126 millions $ en 2015, soit 0,4% du total mondial

246

Afrikstart, une plateforme de crowdfunding spécialisée dans le financement, la formation et l’encadrement des entrepreneurs africains, a publié une étude sur l’évolution ce mode de financement en Afrique. Intitulé « Crowdfunding in Africa », cette étude fait ressortir que les projets de crowdfunding en Afrique ont levé 125,9 millions $ en 2015, auprès des plateformes de crowdfunding basées sur le continent et à l’étranger.

Dans cette cagnotte, les 57 plateformes de crowdfunding que compte à présent le continent africain (contre 39 en 2014), ont levé collectivement 32,3 millions $ en 2015. Une performance qui reste toutefois inférieure à 0,4% de l’activité mondiale de crowdfunding. L’Afrique du Sud se taille ainsi la part du lion avec environ 30,8 millions $ levés en 2015. L’Egypte arrive en deuxième position avec 842 000 $ levés, puis le Nigeria avec 314 445 $ mobilisés.

Les fonds collectés par ces plateformes basées en Afrique ont principalement été utilisés pour financer les start-ups et les PME (17,7 millions $), et les projets immobiliers (13,6 millions $).

Quant aux plateformes de crowdfunding basées à l’étranger, elles ont apporté 94,6 millions $ pour financer des projets en Afrique en 2015. Le Kenya étant le principal destinataire de ces fonds, avec 21,7 millions $ collectés. Viennent ensuite le Rwanda et l’Ouganda avec respectivement 8,7 millions $ et 8,4 millions $ en 2015. L’Afrique du Sud arrive en quatrième position avec 8 millions $, suivie de la Tanzanie avec 5,6 millions $.

778-in-

Les fonds mobilisés par les plateformes de crowdfunding basées à l’étranger ont principalement servi à financer des projets à caractère social. Ainsi, les projets visant à aider les enfants rencontrent le plus de succès avec 14 millions $ recueillis. Viennent ensuite les projets éducatifs avec 13,5 millions $ mobilisés.

L’autonomisation des femmes et des filles attire fortement l’attention des donateurs étrangers avec 10,8 millions collectés. Les projets liés à la santé arrivent en quatrième position avec plus de 9,6 millions $ de dons en 2015.

En termes de répartition, l’Afrique du Sud en compte à elle seule 21 plateformes de crowdfunding. Suivie du Nigeria avec 9 plateformes. Viennent ensuite l’Egypte et le Maroc avec respectivement 5 et 4 plateformes de crowdfunding. Le Kenya, l’Ouganda, le Zimbabwe, la Tunisie, l’Algérie, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo comptent, quant à eux, chacun 2 plateformes de crowdfunding.

S’agissant de la spécialisation de ces plateformes de crowdfunding, 21 d’entre elles sont des plateformes de dons (Donation-based platforms), soit 37%. Les plateformes de financement avec prise de participation (Equity based platforms) sont, quant elles, au nombre de 19, soit 33%. Viennent ensuite les plateformes de financement avec contrepartie en nature (Reward-based crowdfunding) au nombre de 13, soit 23%. Suivies des plateformes de prêts participatif (peer-to-peer lending platforms) au nombre de 2, soit 3,5%. On compte enfin 2 plateformes hybrides, soit 3,5% également.

Au total, ce sont 4939 campagnes de crowdfunding ont été lancées par les plateformes basées en Afrique en 2015. Ainsi, en moyenne 67% des projets lancés à partir de ces plateformes ont pu recevoir des financements.

Pour rappel, le crowdfunding appelé encore financement participatif, est un mode de collecte de fonds, réalisé via une plateforme internet, et permettant à un ensemble de contributeurs de choisir collectivement de financer directement et de manière traçable des projets identifiés. Selon la Banque mondiale, les plateformes de crowdfunding ont levé 34 milliards $ à l’échelle mondiale en 2015. L’institution de Bretton Woods estime également que leurs activités devraient globalement évoluer de 96 milliards $ en 2025. En Afrique subsaharienne, le potentiel du crowdfunding est estimé à 2,5 milliards $ à l’horizon 2025. Toutefois, selon AlliedCrowds, un cabinet britannique d’analyse de données sur la finance alternative dans les pays en développement, les plateformes de crowdfunding (en Afrique et à l’étranger) devraient lever 190 millions $ pour le financement de projets en Afrique en 2016.

Agence Ecofin