Les laissés pour compte du troisième quai expriment leur désarroi

373

Ils sont 531 ramasseurs de sable à la plage à attendre en vain la promesse à eux faite par Lomé Container Terminal depuis six ans. A la construction du troisième quai, ces ramasseurs de sable ont été sommés de libérer les lieux avec pour promesse des indemnisations et un suivi.

Depuis 2011, ils sont sans activités avec dans leur rang des accidentés et des malades. Les victimes aidées par le MMLK ont manifesté lundi leur ras-le bol et demandé aux premiers responsables du LCT de tenir à leur promesse.

« Rien ne marche de nos jours. Nous avons travaillé sur le site et à un moment, ils nous ont fait savoir que l’érosion côtière avance donc de quitter les lieux. Après, ils nous ont informé de la construction du troisième quai nommé LCT », a indiqué Djimédo Koukou, Président des Ramasseurs de sables de la plage.

Il a ajouté : « Ils nous demandé de faire le rapport de ce que nous gagnons, dépensons et nos économies et de quitter les lieux, qu’ils ont pris tout en charge comme les indemnisations, le suivi et les accompagnements ».

Ces promesses ne seront pas tenues jusqu’à ce jour. Les premiers responsables de la LCT semblent ne plus s’en soucier. Les multiples tentatives des ramasseurs de sable pour discuter avec eux sont restées vaines.

Dans les prochains jours, ils comptent prendre langue avec le consultant de MSC, la deuxième plus grande compagnie maritime du monde qui exploite le nouveau terminal à conteneurs du port de Lomé et le directeur des Mines.

Ces ramasseurs de sable ne sont pas les seuls à subir les affres de la construction du troisième quai. Les habitants de plus de dix villages côtiers sont également en désarroi à cause des inondations liées à cela.

M E

Lomechrono.com

LEAVE A REPLY