Le tribunal  doute de l’âge d’un manifestant togolais arrêté à Accra

52

Un tribunal ghanéen à Accra a ordonné à la police locale, d’emmener à l’hôpital l’un des manifestants togolais arrêté en octobre  pour des examens  en vue de déterminer son âge réel. Ce dernier prétendait avoir 11ans. 

Lire aussi :
 Violences au Togo: une enquête internationale exigée

Le supposé ‘mineur’ a été arrêté avec (25) autres  manifestants togolais le 28 octobre dernier par les forces de sécurité de la région au Parc Kawukudi, près de Nima, où les partisans de l’opposition  s’étaient rassemblé  pour manifester contre le président togolais Faure Gnassingbé. 
A cause de son âge, son cas n’a pas pu être pris  en compte le 31 octobre lors du plaidoyer  des autres manifestants  traduits devant la cour. Le jeune homme avait été  placé en détention provisoire depuis car on ne pouvait pas localiser immédiatement où se trouvaient ses parents.

Comparaissant au tribunal hier lundi, l’avocat de la défense des 26 manifestants, Godwin Tamakloe, a prié le tribunal d’accorder une libération sous caution mineure avec des conditions qui l’obligeront à comparaître devant le tribunal pour le procès.
L’avocat  a également demandé que le  mineur soit  jugé séparément.

Lire aussi:Révélation d’un journaliste belge sur un complot contre le régime de Faure Gnassingbé [Vidéo]

Mais le tribunal, présidé par la magistrate Ruby Naa Ayikai Aryeetey, a mis en doute l’argument  de la défense selon laquelle l’accusé était un mineur. 
« J’ai un enfant de cinq ans et il n’y a aucun moyen que ce jeune homme ait 11 ans » a laissé entendre le  magistrat.
Elle a également rejeté la déclaration  de l’avocat selon laquelle le «mineur» -qui avait par ailleurs une moustache-  était âgé de 11 ans puisqu’il n’avait pas fourni de certificat de naissance au tribunal.
Le tribunal a donc ordonné à l’enquêteur d’envoyer le mineur supposé à l’hôpital pour que son âge soit déterminé.

Le procès a été reporté au 17 novembre 2017 pour statuer sur la demande de mise en liberté sous caution, date à laquelle le rapport médical devra  être prêt.

Lire aussi : Togo: rencontre secrète entre Fabre et un émissaire du président ghanéen ce matin

Pour rappel, la police d’Accra avait  arrêté des ressortissants togolais et quelques Ghanéens qui manifestaient  le 28 octobre 2017 à Kawukudi. Les suspects conduisaient des motos imprudemment sur la route de Nima, ce qui, selon la police, constituait une menace pour la sécurité du public.

TogoWeb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here