Le groupe 2 de la CSTT reconduit son bureau confédéral pour un mandat d’un an

228
Le groupe 2 de la CSTT reconduit son bureau confédéral pour un mandat d’un an

Elu le 22 octobre 2015 à la suite d’une crise provoquée par un détournement présumé de fonds à la Confédération syndicale des travailleurs du Togo (CSTT), le bureau confédéral de la CSTT 2 dirigé par Agbeko Kossi SEGBEAYA, sera en fin de mandat dans deux (2) jours.

Pour éviter que ce bureau tombe dans un vide juridique, les syndicats de base de cette confédération syndicale réunis ce jeudi à Lomé en conseil syndical autour du thème : « La relance de la CSTT : défis et perspectives », ont reconduit le bureau confédéral dirigé par M. SEGBEAYA pour un mandat d’un (1) an, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

Les objectifs poursuivis sont les mêmes, à savoir s’installer au siège de la CSTT à Lomé après avoir dégagé le secrétaire général de la CST 1 en la personne de Sébastien Ayikoué Têvi, réconcilier les deux (2) entités de la CSTT et organiser un congrès unitaire au bout d’un an pour travailler à la reprise de la coopération avec les partenaires.

« Le bureau a été reconduit pour un mandat d’un an pour pouvoir essayer de parachever les objectifs du cahier de charges du congrès extraordinaire du 22 octobre 2015. Nous voulons dégager le camarade Têvi par toute voix légale, non par la violence, unifier tous les membres de la CSTT », a déclaré le secrétaire général reconduit.

Selon lui, il faut nécessairement que le secrétaire général de la CSTT 1, celui qu’on soupçonne d’avoir fait des détournements d’objectifs et des faux en écriture, le tout de l’ordre de 300 millions de francs CFA, soit dégagé pour permettre à la CSTT de se réunifier. « Il est en voie de dégagement », a-t-il promis.

L’affaire étant encore pendante devant la justice, les dossiers ont avancé à plus de 80%, selon M. SEGBEAYA.

Durant les douze (12) derniers mois, beaucoup de choses ont été faites malgré le manque de moyens, a souligné le secrétaire général de la CSTT 2, au nombre desquelles les changements intervenus dans l’organisation ont été portés à la connaissance des partenaires que sont les ministères, la coordination des centrales syndicales, les organismes internationaux, et la Confédération syndicale internationale, région Afrique (CSI Afrique).

Telli K.

icilome.com

LEAVE A REPLY