Le business de DSK avec Lomé II

655

Depuis sa chute au poste de Directeur général du Fonds monétaire international (FMI), le Français Dominique Strauss Khan (DSK) s’est reconverti dans les affaires. Ses cibles préférées sont les palais présidentiels, en Afrique surtout. C’est ainsi qu’il est régulièrement le visiteur du soir d’un certain Faure Gnassingbé avec lequel il fait des affaires.

Dans le cadre de la limitation des produits illicites manufacturés déversés sur le marché togolais, le gouvernement a signé un contrat avec la société suisse SICPA annoncée comme leader mondial de fourniture d’encre infalsifiable. A l’époque, les voix se sont élevées pour dénoncer les conditions obscures dans lesquelles cette signature a été faite et le choix d’une structure de réputation sulfureuse.

Dans son N°749, La Lettre du Continent explique qu’à travers cette société, DSK et ses réseaux se partagent un gâteau. « Pour le compte de SICPA, il a approché le Bénin, voici quelques mois, bien qu’aucun contrat n’ait encore été signé avec Patrice Talon. DSK s’est tourné vers le Togo, où il est en contact direct avec Faure Gnassingbé », révèle le journal électronique.

Et de poursuivre : « En mars 2016, sur l’invitation spéciale du chef de l’Etat togolais, il s’est rendu à Lomé où il devait intervenir devant les ministres locaux sur la « gouvernance financière », à l’initiative du palais présidentiel. DSK aura, par la suite, poussé avec insistance le dossier SICPA auprès de Faure Gnassingbé ».

SICPA, contactée par le journal, dit seulement être ravie que le gouvernement ait pensé à elle avant de préciser qu’elle ne peut se prononcer sur le rôle de Dominique Strauss Khan à cause de « sa politique de confidentialité interne ».

A.H.

Source : www.icilome.com