La recherche scientifique, le sous-bassement de tout dévellopement

12

Du lundi au vendredi, un colloque s’est tenu à l’Université de Kara (nord du Togo). Au menu des échanges, « la recherche en Afrique : retro-vision et vision pour l’émergence du continent », avec sous-thème : « Le massacre de Pya-Hodo en pays Kabyè, 60 ans après un passé qui ne passe pas ».

Venus de plus de huit pays africains, les participants tous des chercheurs ont pendant les cinq jours planché sur les défis de la recherche en Afrique. L’objectif est de faire de la recherche en Afrique un moyen essentiel de développement.

Suite aux échanges les participants sont arrivés à une même conclusion : les pouvoirs publics dans beaucoup de pays africains ne financent pas les recherches et les universités. Résultats, pas de nouvelles découvertes, pas de développement socio-économique des Etats africains.

« La recherche est d’une utilité sociétale. Si notre manière de faire la recherche ne se transforme pas, elle va être déconnectée des communautés, alors que la recherche en principe doit être plus près de celle-ci », a laissé entendre Pr Komi Sanda, Président de l’Université de Kara.

Afin de revenir sur le sujet de la recherche, qui demeure le sous bassement de tout développement, ces rencontres seront multipliés dans les prochains jour dans d’autres universités de la sous-région.

M E

Lomechrono.com