La Diaspora Togolaise Indépendante (DTI) : Comment organiser un nouveau rapport de Force ?

79

CVU Togo Diaspora logoLe 27-28-29 avril 2017, un groupe de Togolaises et Togolaises vivant en dehors du Togo se sont retrouvés pour réfléchir sur l’échec de l’alternance politique au Togo et le rôle de la diaspora de ce pays. La réponse a été sans appel. Aucune lutte ne peut réussir si les acteurs ne développent pas une culture du combat. En effet, trois principaux groupes de citoyens ont été identifiés  tant au niveau de la Diaspora qu’au niveau du Togo.

La Diaspora Togolaise Indépendante (DTI) : Comment organiser un nouveau rapport de Force ?

Il a été constaté qu’il existe des catégories dont les objectifs et la détermination de combattre pour une alternance politique au Togo peut varier de zéro à 100%. Aussi, il importe de distinguer entre des :

  • citoyens togolais alignés sur le pouvoir togolais : la diaspora togolaise alignée avec son réseau local autour du système militaro-civil au pouvoir de Faure Gnassingbé ;
  • citoyens togolais qui se disent apolitiques et choisissent pour diverses raisons louables ou non, de réfugier dans l’indifférence, le silence, la déresponsabilisation et le refus de l’engagement citoyen ; et enfin
  • citoyens togolais indépendants qui dans leur pluralité, se doivent de se connaître pour organiser de manière plus collective, une lutte pour la vérité des urnes au Togo et une alternance politique qui permettra de créer des valeurs ajoutées et réorganiser de manière inclusive des richesses créées avec des opportunités d’emplois décents à la clé.

C’est ainsi qu’au terme de ces débats et selon une procédure démocratique, un bureau provisoire a été choisi pour six mois et assisté de spécialistes sous la forme de points focaux dans différents secteurs d’intérêts pour les populations africaines.

Mais la grande conclusion est que la Diaspora togolaise indépendante ne peut plus continuer à servir de « pompe à argent » sans contrepartie. Aussi, compte tenu du refus systématique du pouvoir togolais de recenser et d’octroyer des droits à cette diaspora togolaise, la stratégie principale est de s’organiser pour augmenter la capacité d’influence et de persuasion de la Diaspora togolaise indépendante auprès des autorités d’accueil. Les États-Unis, l’Allemagne et l’Autriche et éventuellement la France mais aussi quelques pays africains démocratiques serviront d’espaces pour un « lobbying politique » intensif au service de l’avènement d’une alternative politique nouvelle au Togo.

Pour cela, l’unité et la diversité doivent pouvoir se conjuguer pour :

  • un dépassement de soi de chaque Togolais et Togolaise indépendant ;
  • une mise en veilleuse des Ego démesurés notamment au sein de la direction des partis politiques togolais dits d’opposition ;
  • d’une réorganisation de la Diaspora togolaise indépendante unie et diversifiée où les différences ne pourront que s’additionner sur la base d’une approche globale et locale dite « glocale » ; et
  • une impérieuse nécessité de stopper la culture de la dépense pour une culture de la création de valeurs ajoutées et de richesses inclusives.

Au demeurant, il s’agit d’un marathon démocratique compte tenu des 50 années au pouvoir de la même famille Gnassingbé qui a tissé un réseau clanique et clientéliste tant au Togo, dans les pays occidentaux notamment en France tant au sein du secteur public que du secteur privé et bien sûr parmi la Diaspora.

La clarification du jeu permettra aussi de mieux identifier les vrais partenaires au développement et au mieux-être des populations togolaises.

Dr Yves Ekoué Amaïzo
Coordonnateur général
CVU Togo Diaspora
13 mai 2017

27Avril.com

LEAVE A REPLY