La communauté internationale et sa politique à géométrie variable

259

«La complaisance est une disposition à s’accommoder au plaisir et aux désirs des autres. C’est le désir de plaire par intérêt et en même temps la crainte de déplaire » – Jean-Jules Richard

L’élection présidentielle au Gabon et la mobilisation de la communauté internationale pour le triomphe de la vérité des urnes dénotent de la politique de deux poids deux mesures de l’occident envers les peuples africains.

La communauté internationale et sa politique à géométrie variable

Après 50 ans de règne sans partage sur le Gabon et sa rente pétrolière, Ali Bongo tente de s’agripper à son fauteuil en truquant les résultats de l’élection présidentielle du 27 août qui l’a opposé à Jean Ping, ancien ministre et gendre d’Omar Bongo, le père.  Au prix d’un jeu de bonneteau électoral d’anthologie, pour reprendre les termes du journal français, « L’Express », Ali Bongo Ondimba s’est octroyé un second mandat, crédité de 49,80% des suffrages contre 48,23% pour son rival Jean Ping, après un long suspense suite à plusieurs reports de l’annonce des résultats et un score de participation à la soviétique dans le bastion des Bongo, le Haut-Ogooué. Cette province a en effet affiché un taux record de participation, avec 99,93% et voté à 95,46% en faveur d’Ali Bongo qui a été  pourtant mené par son adversaire dans la plupart des provinces.

Il n’en fallait pas plus pour déclencher une levée de boucliers de la communauté internationale qui exige la transparence. La France, l’Union Européenne et les Etats-Unis ont mis la pression sur le pouvoir gabonais en demandant la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote.

« Les résultats ont été publiés hier (mercredi 31 août), il y a un doute sur leur sincérité (…) Avec l’Union européenne, la France appelle à la publication des résultats bureau par bureau », avait déclaré Jean-Marc Ayrault, ministre français des Affaires étrangères. « Cela aidera le peuple gabonais, de même que la communauté internationale, à avoir confiance dans le fait que le décompte des votes annoncé est bien juste », avait ajouté John Kirby, porte-parole du département d’Etat.

Juste le lendemain du vote, le Parti Socialiste (PS) au pouvoir en France avait publié un communiqué appelant Ali Bongo à reconnaître la victoire de Jean Ping. «Voilà plus d’un demi siècle que la famille Bongo gouverne le Gabon. Une alternance serait signe de bonne santé démocratique et un exemple», affirmait le communiqué.

Le peuple togolais, pris en otage depuis un demi-siècle par le clan Gnassingbé, ne souffre pas moins que les Gabonais. Mais on n’avait pas senti cette indignation de la fameuse communauté internationale quand Faure Gnassingbé avait opéré un braquage électoral en avril 2015. Au contraire, malgré le contexte rocambolesque dans lequel les résultats du scrutin ont été proclamés, l’ONU, la France, l’UE, les Etats-Unis, l’UA, etc. avaient pris fait et cause pour le pouvoir de Lomé en félicitant chaudement le mal élu, au grand dam du peuple togolais. Les médias internationaux, surtout français, n’étaient pas en reste et s’étaient livrés à une intoxication générale.

L’indifférence de la communauté internationale face aux mascarades électorales à répétition au Togo s’expliquerait, selon Régis Marzin,  journaliste spécialiste des élections en Afrique, par le fait que c’est « un petit pays sans enjeu majeur ». « De manière récurrente, la démocratie au Togo semble sacrifiée parce que le pays n’est pas stratégique. Plus que pour n’importe quel autre pays, parce que le soutien européen à la démocratie au Togo s’est depuis 2007 progressivement retiré, passant de la fermeté à l’influence conceptuelle souple, parce que l’ONU n’a rien réalisé de sérieux au Togo (…) la communauté internationale et africaine a progressivement proposé au Togo une injonction paradoxale : vaincre légalement par les urnes la dictature alors que la dictature aurait tout les moyens de soumettre et vaincre constamment et légalement cette opposition », observe-t-il après le processus électoral vicié de 2015.

Source : Médard Amétépé, Liberté

27Avril.com

1 COMMENT

  1. After study a few of the content on your internet site now, and i genuinely appreciate your method of blogging. I bookmarked it to my bookmark web site list and will be checking back soon. Pls take a look at my web page likewise and let me know what you believe.

LEAVE A REPLY